Dans l'actu

Piraterie en Méditerranée : le Dignité-Al Karama arraisonné (mise à jour)

Il n’en restait qu’un, ce fut le « Dignité-Al Karama », petit bateau français qui avait fini par réussir à prendre la mer vers Gaza. Sans surprise, la piraterie d’État israélienne a remporté une brillante victoire navale, mardi matin, en capturant le bateau, qui représentait de toute évidence un nouveau péril existentiel pour la puissance nucléaire qu’est Israël, et en prenant en otage ses 16 passagers.

Ceux-ci entendaient briser symboliquement le blocus criminel de la bande de Gaza, et se trouvaient à 50 miles nautiques (90 kilomètres environ) du territoire lorsque la marine de guerre israélienne est entrée en action.

Parmi les 16 prisonniers faits par Israël, la majorité sont de nationalité française, dont, selon les informations recueillies mardi : la sénatrice Alima Boumédiène, l’ex-député Jean-Claude Lefort, Claude Léostic (AFPS), Thomas Sommer-Houdeville, Jacqueline Le Corre (Caen), Yamina (collectif Palestine69), le marin Jo Leguen, Stephan (Canada), Omeyya (Franco-tunisien), Vangelis (Grèce), la journaliste israélienne Amira Hass (qui a été un temps à bord du « Tahrir« ), et un journaliste de la chaîne Al Jazeera.

C’est le dernier épisode de la saga de la « Flottille international Stay Human« , au cours de laquelle chacun a pu mesurer à quel point Israël, son gouvernement, ses services secrets et son armée se sont couverts de gloire… Aucun bateau de la flottille n’est passé, ils peuvent crier victoire. Des victoires à la Pyrrhus comme celle-là, on leur en souhaite bien d’autres.

RECIT DE AMIRA HASS

La journaliste de Haaretz Amira Hass, qui a un temps été l’hôte du « Tahrir » en Crète, se trouvait à bord du « Dignité-Al Karama » au moment où il a été pris d’assaut par la marine de guerre israélienne.

Elle décrit le déroulement de ce haut fait d’armes :

« Trois vaisseaux de guerre et sept bateaux de commando de différentes tailles ont été mobilisés pour intercepter une coquille de noix baptisée « Dignité-Al Karama« , à trois miles de la côte. Au moins 150 soldats ont pris la mer au petit matin pour mener à bien cette mission : empêcher dix civils de la « Flottille de la liberté« , trois membres d’équipage et trois journalistes d’atteindre le port de Gaza.

Mardi matin, pendant un court instant, les activistes ont fait l’erreur de croire que la marine de guerre israélienne pourrait renoncer à cette coûteuse opération, qui coûte cher au contribuable israélien, et les autoriser à atteindre Gaza. Un reporter de l’AFP à Jérusalem avait dit aux activistes qu’il avait appelé le Ministère de la Défense et demandé quelles étaient les intentions d’Israël. On lui avait répondu que si les activistes ne se livraient à aucune provocation, ils pourraient être autorisés à passer. Les intéressés se sont alors demandé ce qui pourrait être considéré comme une provocation.

Le premier ministre Benjamin Netanyahou a appelé le chef d’État Major de l’armée mardi soir pour le féliciter du succès de l’interception du « Dignité-Al Karama ». Netanyahou a salué le fait que les commandos de marine et les autres forces ont mené à bien cette opération sans violence et sans qu’il y ait de victimes. »

Il y a de quoi être admiratif, en effet : parvenir, avec seulement trois vaisseaux de guerre et 150 commandos sur-entraînés à intercepter un bateau de plaisance dont l’arrivée était annoncée des jour d’avance, et dont les occupants étaient désarmés et parfaitement pacifiques, c’est un exploit vraiment épatant ! Ils auront de quoi raconter à leurs petit-enfants, les valeureux commandos qui ont sauvé Israël d’une destruction certaine… 🙂

 

Print Friendly, PDF & Email