Dans l'actu

Photos : une année de luttes des femmes de Palestine et d’Israël

Activestills

Elles ont affronté les soldats israéliens en Cisjordanie et les forces de police à la place Rabin de Tel-Aviv ; elles se sont opposées à l’occupation et à la violence envers les femmes ; elles ont combattu le racisme et les brutalités policières. Une année de luttes des femmes.

Photos : Anne Paq, Ahmad Al-Bazz, Faiz Abu-Rmeleh, Mohannad Darabee, Mohannad Saleem, Oren Ziv, Yotam Ronen, Keren Manor

Éditeur responsable des photos : Keren Manor

Qalandiya, Cisjordanie

7 mars 2015, à Qalandiya, en Cisjordanie. Une Palestinienne lance une pierre lors des protestations de la Journée internationale des femmes. Cela se passe à proximité d’un check-point de l’armée israélienne. L’armée a ensuite dispersé la marche annuelle manu militari. (Activestills.org)

Manifestation pour Tair Kaminer

10 janvier 2016. Deux membres des « 40 Mères », un groupe anti-occupation constitué de mères israéliennes s’opposant au service militaire obligatoire, participent à une manifestation devant le siège du conseil de révision de Tel Hashomer, afin de soutenir Tair Kaminer, une jeune femme de 19 ans qui a été emprisonnée pour avoir refusé de rejoindre l’armée et de participer à l’occupation. (Activestills.org)

Qalandiya, Cisjordanie

7 mars 2015. Lors d’une manifestation dans le cadre de la Journée internationale des femmes, des Palestiniennes crient en face du check-point militaire de Qalandiya, en Cisjordanie. (Activestills.org)

Tel-Aviv, des membres d’une organisation d’extrême droite contre les « Femmes en Noir »

22 janvier 2016, en plein centre de Tel-Aviv. Des Israéliens de l’extrême droite face à des membres des « Femmes en noir » durant leur veillée hebdomadaire contre l’occupation. Ces veillées hebdomadaires des « Femmes en noir » ont lieu toutes les semaines depuis vingt ans. (Activestills.org)

Les Palestiniens d’Israël manifestent contre la violence envers les femmes

25 novembre 2015. Des citoyens palestiniens d’Israël participent à une veillée dans la ville de Ramle, afin de célébrer la Journée internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes. Les protestataires ont installé des cercueils afin de protester contre la violence domestique et contre l’augmentation du nombre de femmes tuées par leur mari en Israël. (Activestills.org)

Tel-Aviv, manifestation contre la violence envers les femmes

Tel-Aviv, 25 octobre 2015. Des femmes et des hommes manifestent pour célébrer la Journée internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes. (Activestills.org)

Cérémonie funèbre de Riham Dawabsheh

7 septembre 2015. Des Palestiniens participent à la cérémonie funèbre de Riham Dawabsheh, dans le village de Duma, en Cisjordanie. Riham, 28 ans, mère d’Ali Dawabshed, 18 mois, gravement brûlée lors d’un incendie criminel probablement perpétré par des extrémistes juifs en Cisjordanie occupée par Israël, est décédée suite à ses blessures. (Activestills.org)

Au milieu : la mère de Mohammed Abu Khdeir

30 novembre 2015. Suha (au centre), mère de l’adolescent palestinien Mohammed Abu Khdeir assassiné l’an dernier, est assise au Tribunal du district de Jérusalem. Le tribunal a condamné deux mineurs d’âge israéliens pour avoir kidnappé et brûlé vif un adolescent palestinien dans les jours qui ont précédé la guerre de Gaza de 2014, alors que l’état mental du troisième accusé, Yosef Haim Ben-David, faisait toujours l’objet d’examens. Mohammed Abu Khdeir, 16 ans, avait été enlevé et tué le 2 juillet 2014, quelques semaines à peine après l’enlèvement et l’assassinat de trois adolescents israéliens en Cisjordanie. (Activestills.org)

Tair Kaminer et Tania Golan

31 janvier 2016. Les jeunes Israéliennes Tair Kaminer et Tania Golan posent pour une dernière photo à l’extérieur du siège du conseil de révision de Tel Hashomer où elles ont annoncé leur refus de servir dans l’armée israélienne. Kaminer a été condamnée à une peine de prison.

<p>Israeli forces stop Palestinians at an army roadblock in the East Jerusalem neighbourhood of Ras al-Amud, on October 15, 2015. Israel set up checkpoints in the Palestinian neighbourhoods of east Jerusalem and mobilised hundreds of soldiers as a collective punishment after recent attacks by Palestinians.</p>

Ras al-Amund, Jérusalem-Est

15 octobre 2015. Les forces israéliennes contrôlent des Palestiniens à un blocage routier dans le quartier de Ras al-Amud, à Jérusalem-Est. Les autorités israéliennes installent des check-points dans les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est et ont mobilisé des centaines de militaires en guise de punition collective suite à des agressions commises par des Palestiniens. (Activestills.org)

Rassemblement pour Khalida Jarrar, à la prison d’Ofer

16 avril 2015. À l’extérieur de la prison militaire d’Ofer, en Cisjordanie, des manifestants brandissent des photos de la députée féministe palestinienne Khalida Jarrar, qui a été emprisonnée par Israël suite à des accusations d’incitation à la violence dans le cadre de son travail en tant qu’élue officielle. (Activestills.org)

Manifestation à Bethléem

14 octobre 2015. Des Palestiniennes défilent au moment des heurts avec les forces israéliennes à Bethléem, en Cisjordanie. (Activestills.org)

Nabi Saleh. Des femmes de la famille Tamimi essaient d’empêcher l’arrestation de Mohammed Tamimi, 11 ans.

28 août 2015. Dans le village cisjordanien de Nabi Saleh, les femmes de la famille Tamimi empêchent un militaire israélien d’arrêter Mohammed Tamimi, 11 ans, lors des protestations hebdomadaires contre l’occupation. (Activestills.org)

<p>Nariman Tamimi, a prominent figure of the popular struggle in her village, is seen recovering at her home in Nabi Saleh, West Bank, April 3, 2015. Nariman was shot in the leg with a live bullet on November 22, 2014, by an Israeli soldier during the weekly protest against the occupation. She is still recovering for the injury.</p>

Nariman Tamimi, Nabi Saleh, Cisjordanie

3 avril 2015. Nariman Tamimi, une figure bien en vue de la lutte populaire de son village,en convalescence dans sa maison de Nabi Saleh, en Cisjordanie. Le 22 novembre 2014, Nariman a été blessée par balle à la jambe par un soldat israélien, lors des protestations hebdomadaires contre l’occupation. (Activestills.org)

Dans la prison d’Ofer

8 février 2015. Les Palestiniennes attendent le passage au tribunal de leurs proches au tribunal militaire israélien d’Ofer, près de la ville cisjordanienne de Beituniya. (Activestills.org)

<p>An Israeli activist, Zehava Greenfeld, sits inside a police car after she was arrested during a protest for the release of Palestinian Mohammed Allan, who is held by Israel without trial and who has slipped into a coma after a nearly two-month hunger strike, in the city of Ashkelon, August 16, 2015. Police prevented from Palestinian and Israel activists to arrive to the hospital in which Allan is held, arresting eight activists, using pepper spray and skunk water canon.</p>

Arrestation de Zehava Greenfeld, activiste israélienne

16 août 2015. À Ashkelon, une militante israélienne, Zehava Greenfeld, à l’intérieur d’un véhicule de police après avoir été arrêtée au cours d’une manifestation en faveur de la libération de Mohammed Allan, un Palestinien détenu sans jugement par Israël et qui était plongé dans le coma à l’issue d’une grève de la faim de près de deux mois. La police avait empêché les militants palestiniens et israéliens de rallier l’hôpital dans lequel Allan était détenu, elle avait arrêté huit militants, utilisé des sprays au poivre et des canons d’eau puante. (Activestills.org)

Protestation  contre les brutalités policières et le racisme envers les Ethiopiens israéliens

3 mai 2015, place Rabin, à Tel-Aviv. Une manifestante face à une autopompe de la police lors des protestations des Ethiopiens israéliens contre les brutalités policières et le racisme. (Activestills.org)

Marche des Ethiopiens israéliens à Tel-Aviv

3 mai 2015, à Tel-Aviv. Des Ethiopiens israéliens marchent sur la grand-route d’Ayalon lors de protestations contre les brutalités policières et le racisme. (Activestills.org)

Protestation à l’entrée d’Al-Aqsa

26 juillet 2015. Des Palestiniennes scandent des slogans au moment où les forces de police israéliennes bloquent les Palestiniens à l’entrée du complexe de la mosquée d’al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem. Les autorités israéliennes avaient limité l’accès au lieu saint après que des heurts avaient éclaté en protestation contre les visites de nationalistes juifs israéliens. (Activestills.org)

Yuli Novak de « Breaking the Silence »

19 décembre 2015, à Tel-Aviv. La directrice exécutive de « Breaking the Silence », Yuli Novak, prend la parole au cours de protestations contre les appels récents à la violence contre certaines ONG de gauche. (Activestills.org)

28-year-old Palestinian artist Nidaa Badwan in her room in Deir al Balah city, Gaza Strip, 16 February 2015.  Nidaa has hardly left her small room for more than a year, and created her own body of work.- striking self-portraits which turn to an exhibit called 100 Days of Solitude. 28-year-old Palestinian artist Nidaa Badwan in her room in Deir al Balah city, Gaza Strip, 16 February 2015.  Nidaa has hardly left her small room for more than a year, and created her own body of work.- striking self-portraits which turn to an exhibit called “100 Days of Solitude”.

L’artiste palestinienne Nidaa Badwan de Gaza

16 février 2015. L’artiste palestinienne Nidaa Badwan, 28 ans, dans sa chambre à Deir al Balah, dans la bande de Gaza. Nidaa a rarement quitté sa petite chambre durant plus d’une année et a ainsi créé son œuvre personnelle – en réalisant des autoportraits dont elle a ensuite réalisé une exposition sous le titre « 100 jours de solitude ». (Activestills.org)

Members of the family of Wael al-Najjar in front of their makeshift shelter in the village of Khuza'a, East of Gaza Strip, February 14, 2015. Wael al-Najjar, who live inthe makeshift shelter with his wife and 8 childre had to borrow around 500 USD to build the structure,and the family relies on neighbours, relatives and donations for their daily food. Khuzaa'a was heavily attacked and damaged during last Israeli offensive. Parts of the village were occupied by Israeli soldiers and out of reach by the ambulances and the media during the offensive.  Six months after the ceasefire that ended the offensive, 100, 000 Palestinians are still displaced and many live in very dire conditions. Rebuilding materials are scarce as the Gaza Strip face restrictions imposed by Israel.

Khuza’a, Gaza.

1 février 2015. Des membres de la famille de Wael al-Najjar devant leur abri de fortune, dans le village de Khuza’a, dans l’est de la bande de Gaza. Wael al-Najjar, qui vit dans ces tentes avec sa femme et leurs 8 enfants, a dû emprunter quelque 500 dollars pour construire cette structure. Pour sa nourriture, la famille peut compter sur des voisins, des proches et des dons. Le village de Khuzaa’a a subi de violentes attaques et a été terriblement endommagé, lors de la dernière offensive israélienne. Des parties du village ont été occupées par les militaires israéliens et coupées de tout service médical durant l’offensive. Les matériaux de (re)construction sont pratiquement inexistants, du fait que la bande de Gaza subit les restrictions aux importations que lui impose Israël. (Activestills.org)

Palestinian Malak Al-Khateb, 14, is welcomed by family members, as she arrives to Beitin village near Ramallah, after being released from an Israeli prison, February 13, 2015. Al-Khateb, from Beitin village near Ramallah, was taken prisoner on December 31, 2014, and was subjected to interrogation and harsh treatment without legal representation. She had been accused of throwing stones at Israeli soldiers. On January 22, she was sentenced for two months in prison and a family was fined with 6,000 shekels fine ($1523). By the end of 2014, there were 197 children still imprisoned by Israel.

Malak Al-Khateb, 14 ans, à sa sortie de prison

13 février 2015. La jeune Palestinienne Malak Al-Khateb, 14 ans, est accueillie par sa famille à son arrivée au village de Beitin, près de Ramallah, après avoir été relâchée d’une prison militaire israélienne. Al-Khateb avait été arrêtée le 31 décembre 2014 et avait subi des interrogatoires et de mauvais traitement, le tout sans la moindre représentation juridique. Elle était accusée d’avoir jeté des pierres contre des militaires israéliens. Le 22 janvier, elle avait été condamnée à deux mois prison et sa famille avait dû payer une amende de 6 000 shekels (environ 1 500 dollars). (Activestills.org)

<p>Palestinian women use their cell phone to photograph themselves outside Al Aqsa mosque in Jerusalem's old city, January 9, 2015.</p>

9 janvier 2015. Des Palestiniennes prennent un selfie à l’extérieur de la mosquée d‘al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem. (Activestills.org)


Publié le 8 mars 2016 sur 972mag.com
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email