Dans l'actu

Pas de justice pour Ahmad Musa

Un juge acquitte un policier qui a abattu un petit Palestinien de 10 ans.

Photo : Anne Paq

Abattu d’une balle en plein front tirée à 50 mètres pour de prétendus jets de pierres : la faute à personne. Photo : Anne Paq

Mardi, un juge israélien a acquitté un policier lors d’un procès dans lequel l’homme était accusé d’avoir abattu un garçonnet de 10 ans lors d’une manifestation contre le Mur, dans le village de N’ilin en 2008.

D’après le juge Liora Frenkel, il n’a pas été légalement prouvé, ni de façon convaincante, que la balle tirée par Omri Abu sur le jeune Ahmad Musa, 10 ans, a tué ce dernier. Toujours d’après le juge, la preuve que le policier avait agi de façon délibérée n’était pas irréfutable, d’autant que des témoins s’étaient contredits, peut-on lire dans le quotidien Haaretz.

Pour cette raison, Abu n’a été condamné que pour usage intempestif de son arme à un moment où sa vie n’était pas en danger. Il a également été établi qu’il avait tenté d’escamoter des preuves et qu’il avait menti à la police chargée de l’enquête en déclarant d’abord que ce n’était pas lui qui avait tiré.

Au cours de l’audience, Omri Abu a expliqué qu’il avait tiré parce qu’on avait jeté des pierres en direction de sa jeep blindée. « Même dans un véhicule blindé, vous devez réagir », a déclaré Abu. « Si vous ne réagissez pas, cela peut être perçu comme une faiblesse. » Il a déclaré également qu’il avait bel et bien été en danger, du fait que même une jeep à l’épreuve des balles n’est pas protégée contre absolument tout.

Une enquête de l’association des droits de l’homme Al-Haq a établi à l’époque que, lors de la manifestation du 29 juillet 2008, le garçon de 10 ans, Ahmad Musa, s’était tenu à l’abri dans une oliveraie.

Un policier y a remarqué la présence du garçonnet, a épaulé son arme et a fait feu à une distance de 50 mètres, ajoute Al-Haq. Ahmad Musa avait été touché au front et avait été tué sur le coup. Les policiers avaient ensuite ouvert le feu sur les deux hommes qui avaient emporté l’enfant, ajoute encore Al-Haq. Au cours des funérailles d’Ahmad, le lendemain, Youssef Amira, 19 ans, avait également reçu une balle dans la tête. Il était décédé un peu plus tard à l’hôpital.

L’acquittement d’Omri Abu n’a rien d’une exception. D’après Ma’an News, entre septembre 2000 et septembre 2011, l’organisation des droits de l’homme B’tselem a rapporté aux autorités 473 cas de recours abusif à la violence par la police. Il n’en est résulté que 19 comparutions, dont une a même été annulée.


 

Article publié le 1 novembre 2012 sur le site d’Abu Pessoptimist.
Traduction pour ce site : JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email