Dans l'actu

« Nous Palestiniens connaissons bien le terrorisme, nous en souffrons depuis des décennies… »

Myriam De Ly

« Le terrorisme qui a frappé Paris hier, a frappé Beyrouth le jour précédent, il a frappé l’Irak, il a frappé Damas, il a frappé les capitales arabes. Nos pensées sont avec toutes les victimes »

Bethléem, 14 novembre 2015, solidarité avec les victimes de Beyrouth et de Paris

Un réfugié palestinien de Bourj-al-Barajneh (Beyrouth) donne son sang pour les victimes de l’attentat du 13 novembre 2015

Alors que sur les réseaux sociaux, certains ont voulait faire croire que les Palestiniens se réjouissaient des attentats (utilisant une photo de 2012, sur laquelle des  Palestiniens de Gaza célèbrent la signature d’un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël), des rassemblements ont eu lieu pour les victimes de Beyrouth et de Paris à Ramallah et Bethléem.

Mahmoud Abbas a exprimé « sa solidarité avec le gouvernement et le peuple français ». Notons que dans son communiqué il ne souffle pas un mot des trois Palestiniens de 22 ans et des 154 blessés, victimes le même jour du terrorisme israélien.

Le Hamas, le Jihad islamique ont condamné les attaques à Beyrouth et Paris.

A Beyrouth, le double attentat à la bombe à Bourj El-Barajneh, un quartier du sud de Beyrouth, a fait au moins 43 morts et 239 blessés (le pire attentat qu’ait connu Beyrouth depuis 1990, mais qui n’a pas la même couverture médiatique que ceux de Paris)

A quelques mètres du lieu de l’attentat se trouve un camp de réfugiés palestiniens. Les Palestiniens n’ont pas hésité à donner leur sang aux victimes.
Print Friendly, PDF & Email