Dans l'actu

Netanyahu mérite le peuple israélien, et le peuple israélien le mérite

Gideon Levy

Si, après tout, le phénix israélien est parvenu à renaître de ses cendres et de se faire réélire, c’est que quelque chose s’est réellement brisé, et la fracture est sans doute irréparable.

La première conclusion qui a surgi quelques minutes à peine après l’annonce des résultats électoraux était particulièrement décourageante : Il convient de remplacer la nation. Pas par d’autres élections à la direction du pays, mais des élections générales qui choisiront un nouveau peuple israélien – et immédiatement, encore. Le pays en a instamment besoin. Il ne sera pas en mesure de supporter un autre mandat de Benjamin Netanyahu, qui a émergé la nuit dernière comme l’homme qui constituera le prochain gouvernement.

L'empereur Netanyahu et ses sujets au Congrès américain

L’empereur Netanyahu et ses sujets au Congrès américain

Si, après six années de nullité, six années au cours desquelles on a semé la crainte et l’angoisse, la haine et le désespoir, c’est le choix de la nation et, dans ce cas, elle est très malade, en effet. Si, après tout ce qui a été révélé au cours des derniers mois, tout ce qui a été écrit et dit, si, après tout cela, le phénix israélien est parvenu à renaître de ses cendres et à se faire réélire, si, après tout ceci, le peuple israélien l’a choisi pour diriger le pays pendant quatre nouvelles années, c’est que quelque chose s’est réellement brisé, et la fracture est sans doute irréparable.

Netanyahu mérite le peuple israélien, et le peuple le mérite. Les résultats sont indicatifs de la direction vers laquelle le pays est tourné : Une proportion significative des Israéliens a fini par se détacher complètement de la réalité. C’est le résultat de ce que valent des années de bourrage de crâne et d’incitation. Ces Israéliens ont voté pour l’homme qui amènera les États-Unis à adopter des mesures sévères contre Israël, pour l’homme qui, depuis si longtemps, rend le monde malade. Ils ont voté pour l’homme qui a admis avoir berné la moitié du monde lors de son discours de Bar-Ilan ; maintenant il a arraché son masque et désavoué ces propos une fois pour toutes. Israël a dit « oui » à l’homme qui a dit « non » à un État palestinien. Chers électeurs du Likoud, à quoi diable avez-vous donc dit « oui » ? À cinquante nouvelles années d’occupation et d’ostracisme ? Croyez-vous réellement en cela ?

Hier, ont été posées les fondations de l’État d’apartheid à venir. Si Netanyahu parvient à former le prochain gouvernement dans son esprit et à son image, la solution à deux États sera alors enterrée pour de bon et la lutte sur le caractère d’un État binational va débuter. Si Netanyahu est le prochain Premier ministre, c’est qu‘Israël a non seulement divorcé du processus de paix, mais également du monde. Dégage, cher monde, nous allons faire comme bon nous semble. De grâce, ne t’en mêle pas, nous sommes endormis, le peuple est avec Netanyahu. Les Palestiniens peuvent aller chauffer les bancs de la Cour pénale internationale de La Haye, les gens qui boycottent Israël peuvent passer à la vitesse supérieure et Gaza peut attendre la prochaine agression cruelle de la part de l’armée israélienne.

La bataille autour de tout cela doit encore être officiellement décidée. Le prochain Premier ministre sera intronisé par Moshe Kahlon et les chefs des autres petits partis. Au moment où j’écris ceci, Kahlon doit encore faire part de ses intentions. La balle est dans le camp de ces partis : ce sont eux qui décideront si Netanyahu reste. La plupart d’entre eux le méprisent, mais on peut douter qu’ils aient le courage de tourner le dos au public. Ce sera leur test. Ce sera le test de leur courage et de leur intégrité. Moshe Kahlon et Aryeh Dery, croyez-vous vraiment que Netanyahu vaut mieux qu’Isaac Herzog pour la société et le bien-être social dont vous prétendez vous soucier ?

Le président décent et courageux du pays, Reuven Rivlin, croit-il que Netanyahu sera un meilleur Premier ministre que Herzog ? Beaucoup de choses reposent sur ses épaules, désormais – mais le fait qu’un personnage comme Netanyahu et un parti comme le Likoud sont parvenus à garder le pouvoir en tant que principale faction du pays en dit déjà long.

Netanyahu risque de surpasser David Ben Gourion en longévité en tant que dirigeant d’Israël. Il occupé déjà la deuxième place et, pourtant, il est difficile d’imaginer de sa part une seule réalisation significative. La liste des dégâts qu’il a commis est longue. Mais il est l’élu de la nation, d’une grande partie de la nation. Ce choix doit être respecté, mais s’il compromet grandement l’espoir de retombées favorables. La seule consolation, c’est qu’un nouveau mandat de Netanyahu va pousser le monde à agir. Cette possibilité est notre seul refuge.

Gideon Levy


Publié le 18 mars 2015 sur Haaretz. Traduction : JM Flémal.

gideon_levyGideon Levy est journaliste au quotidien israélien Haaretz.
Il a publié : Gaza, articles pour Haaretz, 2006-2009, La Fabrique, 2009

Beaucoup d’autres articles de Gideon Levy sont disponibles en français sur ce site.

Print Friendly, PDF & Email