Dans l'actu

Netanyahou s’engage à « renforcer les implantations juives » à Hebron

Après la mort de 2 soldats de l’armée d’occupation, Netanyahou « s’engage à renforcer les implantations juives à Hébron » et la droite-de-la-droite-de l’extrême-droite israélienne [*] remet en cause les pseudo-négociations de paix et la libération de prisonniers palestiniens.

L’armée israélienne a confirmé dimanche soir la mort d’un soldat tué par balles à Hebron. Le sergent Gabriel Kobi, 20 ans, originaire de Tirat HaCarmel, a été mortellement blessé.

Un sniper palestinien a ouvert le feu depuis les hauteurs de la ville sur la patrouille militaire dont il faisait partie et a touché le soldat au cou, selon un rapport initial. L’attaque a eu lieu alors que les soldats israéliens se trouvaient à proximité du secteur très sensible du Tombeau des Patriarches. L’armée d’occupation a imposé un couvre-feu dans tout le secteur et a érigé tout autour de la ville des barrages pour faciliter la traque du tireur. Une mesure qui a provoqué des émeutes palestiniennes à au moins deux endroits différents dans la ville. Des jeunes Palestiniens attaquent des soldats israéliens à coups de pierres et d’engins pyrotechniques.

Le corps d’un autre soldat israélien a été retrouvé samedi en Cisjordanie. Un ouvrier palestinien a avoué le meurtre et a raconté avoir attiré le soldat israélien en Cisjordanie avant de le tuer et de jeter son corps dans un puits. Il aurait avoué avoir attiré le soldat (avec qui il a travaillée dans un restaurant) en Cisjordanie pour le kidnapper afin d’obtenir, en échange de son corps, la libération de son frère emprisonné depuis dix ans en Israël (en violation des Conventions de Genève qui interdisent à une puissance occupante de déporter les prisonniers du pays occupé hors des frontières de celui-ci) pour sa participation à des attaques anti-israéliennes.

La rue principale à proximité du Tombeau des Patriaches : la partie à droite, large et goudronnée, est interdite aux Palestiniens. Une poignée de colons juifs (pour la plupart venus des Etats-Unis) y font leur footing. La partie gauche, étroite et tortueuse est réservée aux milliers d'autochotones pour leurs activités quotidiennes.

La rue principale à proximité du Tombeau des Patriaches : la partie à droite, large et goudronnée, est interdite aux Palestiniens. Une poignée de colons juifs (pour la plupart venus des Etats-Unis) y font leur footing. La partie gauche, étroite et tortueuse est réservée aux milliers d’autochtones pour leurs activités quotidiennes.

Suite à l’attaque qui a eu lieu à Hébron, le Premier ministre israélien a réagi très vivement affirmant dans un communiqué : « Nous continuerons à combattre le terrorisme et à frapper ceux qui le pratiquent d’une main, tandis que nous renforcerons les implantations juives de l’autre ».

Il a par ailleurs donné l’ordre à l’armée d’occupation de réinvestir une maison située près du Caveau des Patriarches, d’où il avait  fait évacuer 15 colons juifs l’an dernier.  « Tous ceux qui tentent par la force de nous chasser de la ville de nos patriarches obtiendra le contraire« , a déclaré le Netanyahou dans un communiqué.

Quant au ministre israélien du Commerce Naftali Benett (droite nationaliste), il a également vivement réagi à cet incident en remettant en cause la reprise des «négociations de paix» avec les Palestiniens : « La fête de Souccoth (célébrée actuellement) s’est transformée en évènement fait de sang et d’attaques contre des soldats de Tsahal« , a-t-il écrit dans une lettre adressée à Netanyahou. Il a exigé « la reprise du débat sur la libération des terroristes » prévue dans le cadre des pourparlers entre Israéliens et Palestiniens.


[*] Dans n’importe quel autre pays qu’Israël, Netanyahou serait classé à l’extrême-droite. Dès lors, comment qualifier ceux qui, dans sa majorité parlementaire et dans son gouvernement, se situent encore largement plus « à droite » que lui ?

Print Friendly, PDF & Email