Dans l'actu

Netanyahou prend la tête d’une croisade anti-BDS

Alex Kane

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est directement impliqué dans des efforts croissants visant à combattre le mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), affirme un rapport publié sur le site Internet du journal israélien Yedioth Ahronoth.

Netanyahu en plein discours lors de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines (Photo via IsraelEmb.org).

Netanyahu en plein discours lors de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines (Photo via IsraelEmb.org).

Nahum Barnea, un célèbre commentateur israélien, rapportait le 25 juin que Netanyahu avait rencontré un petit groupe de « millionnaires juifs », dont les noms n’ont pas été communiqués, lors de la Conférence présidentielle israélienne, la semaine dernière, à Jérusalem. Netanyahu « cherchait à bénéficier de leur argent et à utiliser leurs connexions pour la guerre contre le mouvement de boycott contre Israël» un mouvement, déclare Barnea, qui «suscite un grand intérêt dans les pays occidentaux, laissant sa marque sur le système universitaire, sur les décisions économiques prises par les cercles d’affaires et politiques ainsi que sur les médias».

Les détails provenant de Barnea constituent toutefois une autre indication du sérieux avec lequel l’establishment israélien tient compte du mouvement BDS.

Le désir de Netanyahu de combattre BDS se manifeste environ un mois après que des hommes d’affaires israéliens ont averti le Premier ministre que, sans progrès vers une solution à deux États, les investissements étrangers seraient bloqués et que « personne n’achèterait plus de marchandises » en provenance d’Israël. Et, dans un discours cette semaine, Netanyahu « a promis d’appliquer les recommandations [du Jewish People Policy Institute – Institut politique du peuple juif] en ce qui concerne la nécessité de contrer la ‘délégitimation’ internationale et les initiatives de boycott », comme l’a fait remarquer Ben White, de The Electronic Intifada.

Le récit de Barnea a été publié un jour après que Judy Maltz, de Haaretz a dévoilé que la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines prévoyait de lancer une nouvelle campagne visant BDS sur les campus des écoles. La campagne a été annoncée par Malcolm Hoenlein, le vice-président exécutif du groupe de la Conférence des présidents.

Y a-t-il un lien entre l’annonce de Hoenlein et la rencontre entre Netanyahu et un petit groupe de millionnaires juifs à propos du mouvement BDS ? La rencontre a eu lieu au siège de la Conférence présidentielle israélienne ; Hoenlein était présent et c’est là qu’il a révélé à Maltz l’information sur la nouvelle campagne contre BDS. À ce point, on n’en est encore qu’à une pure spéculation. (J’ai adressé une demande par courriel à la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, mais ils ne m’ont pas encore répondu.)

Hoenlein et Netanyahu sont considérés comme « très proches », comme l’a prétendu Barak Ravid, de Haaretz, en 2011, dans un rapport sur une rencontre entre Hoenlein et le président syrien Bashar al-Assad. Hoenlein, disait-il encore, avait transmis à Assad un message de la part de Netanyahu, bien que Hoenlein ait démenti avoir agi de la sorte pour Netanyahu.

Quoi qu’il en soit, l’implication directe de Netanyahu dans les efforts contre les BDS représente le dernier en date des efforts du gouvernement israélien en vue des recruter des Juifs en dehors du gouvernement afin qu’ils reprennent le flambeau. En 2010, l’Israel Action Network (Réseau israélien d’action) contre les BDS a été créé par les Fédérations juives d’Amérique du Nord et le Conseil juif des affaires publiques, et ce, à la demande expresse du gouvernement israélien, s’il faut en croire Jacob Berkman, de la Jewish Telegraphic Agency.


Publié sur Mondoweiss,  le 28 juin 2013.
Traduction : JM Flémal.

Alex Kane est rédacteur en chef adjoint pour Mondoweiss et le responsable international pour AlterNet. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @alexbkane

Print Friendly, PDF & Email