L'actu

Netanyahou attaque violemment l’Union Européenne, dont l’attitude lui semble “folle

Selon Haaretz, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est livré mercredi à Budapest, devant des dirigeants de plusieurs pays d’Europe de l’est, à une virulente critique de l’attitude de l’Union Européenne. Il a demandé de l’aide aux dirigeants d’Europe de l’est les plus à droite. 
Ces propos ont été tenus à huis clos, mais Netanyahou a été piégé par un micro resté branché, grâce auquel ses propos ont été entendus par des journalistes.

C’est en s’adressant à ses homologues de Hongrie, de République tchèque, de Pologne et de Slovaquie que le Premier ministre israélien d’extrême-droite a qualifié l’attitude de l’Union européenne vis-à-vis d’Israël de “complètement folle”.

Czech Prime Minister Bohuslav Sobotka, Prime Minister Benjamin Netanyahu, Polish Prime Minister Beata Szydlo, Slovakian Prime Minister Robert Fico and Hungarian Prime Minister Viktor Orban in Budapest Balazs Mohai/AP

Les journalistes présente en salle de presse ont pu entendre ces propos dans leurs écouteurs pendant quelques minutes, puis quand la transmission involontaire a été découverte elle a été coupée.

Selon Netanyahou, cité par Haaretz, “l’Union Européenne est la seule organisation internationale qui pose des conditions politiques à ses relations avec Israël, qui lui fournit de la technologie. Personne d’autre ne fait ça. J’ai été en Chine. Nous avons une relation spéciale avec la Chine et ils se fichent des problèmes politiques. [Le Premier Ministre de l’Inde] Narenda Modi m’a dit ‘je dois m’occuper des intérêts nationaux de l’Inde, et où est-ce que je peux le faire ? à Ramallah ?’. La Russie ne pose aucune condition politique, pas plus que l’Afrique. Seule l’U.E. pose des conditions. C’est de la folie. Et c’est contraire aux intérêts de l’Europe”.

Netanyahou a donc demandé aux quatre chefs de gouvernement présents d’aider Israël à faire changer la position des institutions de l’U.E. en ce qui concerne particulièrement le “processus de paix” avec les Palestiniens. “Je suggère que vous fassiez passer un message à vos collègues sur la manière d’aider l’Europe”, leur a dit Netanyahou. “Ne sapez pas le seul pays de la région qui s’occupe des intérêts de l’Europe. Arrêtez d’attaquer Israël. Soutenez Israël. L’Europe se distancie du plus grand centre d’innovation au monde. Cela n’a aucun sens. L’Europe porte atteinte à sa propre sécurité en minant Israël.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, lui-même aussi extrémiste de droite que Netanyahou, l’a interrompu à ce moment et a dit en riant : “L’Union européenne est encore plus unique. L’UE pose des conditions à ceux qui sont déjà dans l’UE, pas seulement aux pays extérieurs”. A quoi Netanyahou a répondu: “L’Europe doit décider si elle veut vivre et s’épanouir, ou pourrir sur pieds et disparaître”.

Dans les faits l’Union Européenne participe depuis des décennies au financement de l’occupation des territoires palestiniens, notamment en assumant à la place de l’occupant israélien un certain nombre de tâches qui lui incombent pour assurer la survie de la population civile. En outre, l’U.E. finance généreusement d’innombrables projets de recherche, y compris les plus discutables comme “Law Train”.

Israël viole en permanence l’accord d’association conclu en 2000 avec l’UE, qui en fait pratiquement un membre de l’U.E. sans lui imposer les contraintes que, du fait des traités européens, les membres à part entière s’imposent mutuellement. Israël a donc la plupart des avantages sans les inconvénients…

Print Friendly, PDF & Email