Dans l'actu

Naïm Kassem : « La résistance contre Israël est la seule solution »

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem. Photo d'archives AFP/Stringer

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem. Photo d’archives AFP/Stringer

« Il est de notre droit, comme il est du droit des Palestiniens et de tous les résistants, de nous armer par tous les moyens disponibles pour affronter Israël », affirme le numéro deux du Hezbollah.

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a affirmé jeudi que la résistance armée contre Israël « est la seule solution », au moment où Israël mène une opération militaire lancée il y a plus de deux semaines pour détruire des tunnels qui, selon lui, ont été creusés par le parti chiite et qui traversent la frontière qui sépare les deux pays. Le numéro deux du Hezbollah n’a toutefois pas commenté directement la question des tunnels. L’armée israélienne a quant à elle commencé jeudi soir à les détruire.

« Israël viole l’espace aérien libanais. Le mois dernier, 150 violations ont été enregistrées, ce qui équivaut à 5 violations par jour. Cela n’est-il pas considéré comme une agression contre le Liban ? Où est le Conseil de sécurité (de l’ONU) et les grandes puissances qui parlent de justice ? », s’est demandé le cheikh Kassem, lors d’un discours prononcé à Bir Hassan à l’occasion de la commémoration annuelle de l’assassinat de Samir Kantar, figure du Hezbollah longtemps incarcérée en Israël, qui a été tué le 19 décembre 2015 dans un raid dans la banlieue de Damas, attribué par le Hezbollah à l’État hébreu.

(Lire aussi : Israël fait campagne à l’ONU et dans les médias contre les tunnels du Hezbollah)

« Ne nous menacez pas »

« Lorsqu’il y a une résistance et une population résistante (…), Israël ne peut pas mettre en œuvre son projet, ne peut pas tracer ses frontières et ne peut pas se maintenir parmi nous (…) », a martelé le responsable chiite. « Il n’y a de solution avec Israël qu’à travers la résistance », a-t-il insisté.

« Nous croyons que la résistance est la solution, et elle va perdurer. Il ne s’agit pas d’une résistance basée sur des manigances politiques. Nous ne sommes pas une résistance des États qui instrumentalisent les populations pour leurs fins politiques. Nous sommes la résistance d’un peuple qui revendique tous ses droits et toutes ses terres. Cette résistance ne prendra en compte aucune équation politique, qu’elle soit régionale ou mondiale. Ne nous menacez pas avec la communauté internationale », a insisté le numéro deux du Hezbollah, en s’adressant à ses détracteurs.

(Lire aussi : Le Liban salue son nouveau héros, l’officier qui a ordonné à l’armée israélienne de reculer)

« Il est de notre droit, comme il est du droit des Palestiniens et de tous les résistants, de nous armer par tous les moyens disponibles pour affronter Israël. Vous ne pouvez pas nous dire quel type d’arme nous pouvons utiliser et en quelle quantité. La résistance a recours à tous les moyens pour être la plus forte », a fait savoir Naïm Kassem. « Nous allons continuer sur ce chemin, malgré les protestations (…) », a-t-il promis.

En cours d’après-midi, le groupe parlementaire du Hezbollah a condamné « les violations israéliennes quotidiennes contre les espaces aérien, maritime et terrestre libanais ». Il n’a lui non plus pas commenté la question des tunnels, mais a salué « l’armée libanaise et les habitants du Liban-Sud pour leur refus de ces violations ».

(Lire aussi : Dans la zone frontalière sous l’emprise du Hezbollah, on veut « provoquer Israël »)


Publié le 21/12/208 sur L’Orient Le Jour

Print Friendly, PDF & Email