Dans l'actu

Mobilisation en Palestine et en Europe pour le boycott des firmes agricoles israéliennes (photos)

Le 9 février, des organisations de fermiers palestiniens et des activistes réunis au cours d’un week-end européen ont participé à une action demandant que soit mis un terme aux relations commerciales avec les sociétés israéliennes d’exportation agricole en raison du rôle de ces dernières dans la destruction de l’agriculture palestinienne (Communiqué de presse ici).

Les fermiers palestiniens sont en butte aux exactions israéliennes que sont la confiscation des terres, les démolitions et le vol de l’eau. Les fermiers qui continuent à avoir accès à la terre et à l’eau sont systématiquement confrontés à l’application de restrictions et à des actes de violence.

Les sociétés israéliennes d’exportation agricole, comme Mehadrin et Hadiklaim sont parmi les premières bénéficiaires de la destruction de l’agriculture palestinienne. Elles opèrent de l’intérieur, exportent des produits en provenance de colonies illégales exploitant des terres et de l’eau palestiniennes volées et tirent également profit du siège de Gaza.

Toutes les organisations importantes de fermiers palestiniens ont sorti une déclaration demandant instamment à la société civile internationale d’entamer des actions contre les compagnies agricoles israéliennes. Un document explicatif d’accompagnement explique en détail comment la vente de produits frais israéliens d’exportation dans les supermarchés européens contribue directement aux violations des lois internationales et des droits de l’homme.

En Europe, un grand nombre des 40 actions de protestation qui ont eu lieu visaient Mehadrin, une importante compagnie israélienne d’exportation qui fournit des agrumes, des dattes et autres produits frais aux supermarchés à travers l’Europe. La compagnie opère dans les colonies israéliennes illégales, est impliquée dans le vol de la terre et de l’eau palestiniennes et emploie des travailleurs palestiniens qui sont obligés de travailler dans ces colonies illégales et dans des conditions des plus précaires pour un salaire dérisoire de 11 euros par jour.

En Palestine

agri_bds1 agri_bds2

Le 9 février, à Gaza, 300 fermiers et activistes ont marché en direction de la zone tampon à proximité de la frontière israélienne pour réclamer le boycott des compagnies agricoles israéliennes. Un rassemblement a été organisé et des oliviers ont été plantés. Un rassemblement a également eu lieu au port de Gaza, le 6 février. En Cisjordanie, des activistes ont planté des oliviers sur les terres du village de Madama, où des colons illégaux ont abattu des centaines d’oliviers. Une conférence sur le boycott des compagnies agricoles israéliennes s’est tenue à Salfit le 11 février.

En France

agri_bds3En France, des activistes ont occupé le bureau des douanes dans la ville méridionale de Montpellier afin de protester contre le fait que le port tout proche de Sète est utilisé pour importer des produits de sociétés israéliennes comme Mehadrin, qui opèrent dans des colonies israéliennes illégales. Plus de 50 activistes ont occupé les bureaux pendant plus d’une heure.

Il y a également eu des protestations dans des supermarchés et autres endroits dans plus de 14 autres villes françaises, dont Lyon, Lille, Marseille, Villefranche et Bagnolet.

En Grande-Bretagne

agri_bds5Des activistes ont organisé des piquets devant plus de 35 supermarchés Sainsbury’s. Les actions faisaient partie d’une nouvelle campagne visant à exercer des pressions sur cette société afin qu’elle rompe ses liens avec Mehadrin et EDOM, une autre société israélienne opérant dans les colonies.

Parmi les villes et comtés participants figuraient Aberdeen, Edimbourg, Glasgow, Newcastle, Manchester, Liverpool, York, Halifax, Bradford, Sheffield, Birmingham, Cambridge, Bristol, Portsmouth, Salisbury, le West Surrey, Southampton, le North Devon, Brighton, Cardiff, six quartiers de Londres et Hull. Découvrez les rapports et d’autres photos ici et ici.

La cinquième chaîne britannique de supermarchés, The Co-Operative Group, a annoncé l’an dernier qu’elle ne se fournirait plus en produits en provenance de toute société opérant dans des colonies illégales et qu’elle allait rompre ses liens avec quatre sociétés israéliennes, suite ) des pressions de ses membres.

En Belgique


Des dizaines d’activistes ont participé à un grand défilé carnavalesque dans le centre de Bruxelles afin de réclamer un boycott des fruits de l’occupation.

Aux Pays-Bas

agri_bds6Des activistes ont organisé une action de protestation contre les fruits de l’apartheid israélien au Black Market de Beverwijk. Le Marché oriental stocke tout un assortiment de légumes et de fruits israéliens dont un grand nombre proviennent de colonies illégales. Dans une mise en scène de mort ou « die-in », les activistes ont montré les effets de la violence israélienne.

Après un bref discours, les activistes se sont dispersés avec des tracts et des listes de signatures parmi les échoppes et les détaillants du marché. Le personnel de sécurité et la police n’ont pas tardé à tenter de mettre un terme à l’action, mais les commerçants eux-mêmes ont témoigné clairement leur sympathie envers l’action.

En Suisse

agri_bds7

En Suisse, des activistes ont organisé une manifestation à l’extérieur des bureaux de Mehadrin.

En Allemagne

agri_bds8A Berlin, des activistes ont organisé une manifestation et ont distribué de l’information en face de Fruit Logistica, l’une des plus grosses foires européennes des produits frais.

Un grand nombre de compagnies israéliennes d’exportation, dont Mehadrin, étaient présentes et ont semblé passablement surprises par la présence d’activistes mettant en évidence leur rôle dans la destruction de l’agriculture palestinienne.

Des actions ont également eu lieu en Suède, au Grand Duché de Luxembourg et en Italie.


Publié le 14 février 2013 sur BDS Movement.
Traduction pour ce site : JM Flémal

Print Friendly, PDF & Email