L'actu

Message de la fille d’Ahmad Sa’adat: accentuer le boycott pour soutenir les grévistes de la faim

La fille du leader du FPLP (Front Populaire pour la Libération de la Palestine) Sumud Sa’adat a appelé hier les militants pour la Palestine à intensifier leur participation “aux campagnes internationales de boycott pour isoler l’occupation et s’opposer à toutes les formes de normalisation”.

Sumud Sa’adat

Sa’adat a aussi appelé dans ce message vidéo à soutenir les palestiniens dans leur résistance à l’occupation “raciste”, ajoutant que cette bataille de la faim est celle de tout le peuple palestinien, et que “toute action aussi simple soit-elle constitue un soutien aux prisonniers en grève de la faim”.

Elle a rappelé notamment que 210 prisonniers ont perdu la vie dans les prisons israéliennes sous la torture ou après des grèves de la faim.

Ce message de l’activiste politique a été diffusé lors d’un meeting de soutien aux prisonniers grévistes tenu à Alger hier par le FPLP et le FDLP (Front Démocratique pour la Libération de la Palestine), deux factions de la gauche palestinienne.

Il est à rappeler qu’environ 1600 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève collective de la faim, soit le quart de l’ensemble des détenus, tous âges et orientations politiques confondus. Cette grève qui dure depuis le 17 avril dernier (journée du prisonnier palestinien) sous l’encadrement du Mouvement Prisonnier a pour objectifs l’obtention de droits fondamentaux reconnus par les Nations-Unis tels le droit à une prise en charge médicale, le droit de visite, l’annulation de la politique de détention administrative, le droit d’accès à l’information et à l’éducation supérieure.

Les autorités israéliennes ont réagi à l’annonce de grève qui a atteint aujourd’hui son quatorzième jour en faisant la sourde oreille, le ministre de la “défense” Avigdor Lieberman a déclaré sur sa page Facebook être prêt à adopter la politique de Margaret Thatcher qui a laissé mourir des prisonniers irlandais en grève de la faim en 1981.ב

Les prisonniers détenus dans la prison d’Ashkelon ont été agressé physiquement le 27 avril dernier; Et l’administration pénitentiaire a décidé de priver les grévistes de sel,  dans une procédure punitive visant à essayer de mettre fin à la grève.

Pourtant, le Mouvement Prisonnier Palestinien, fort de plusieurs décennies de lutte à l’intérieur et à l’extérieur des prisons ne semble pas prêt à abandonner ses revendications. Il faut dire aussi que cette nouvelle “bataille des estomacs vides” n’a jamais reçu autant de soutien militant sur le terrain.

Crédit photo: Journal La Republica

Le peuple palestinien, qui éprouve un profond sentiment de dévouement envers ses détenus dans les prisons israéliennes, voit aussi dans le Mouvement Prisonnier un bel exemple d’unicité politique et organisationnelle à une époque où la réconciliation palestinienne peine à se réaliser.


Publié le 30 April 2017  sur le blog de Leena Azzouni| Ism France

Print Friendly