Dans l'actu

L’Union européenne lâchement fidèle à elle-même

L’Union européenne a décidé lundi de ne pas reconnaître unilatéralement l’État palestinien, parce qu’elle craint que cela puisse “nuire au processus de paix”. Le fait qu’il n’existe rien qui ressemble de près ou de loin à un processus de paix n’est évidemment qu’un détail insignifiant…

Les ministres des Affaires étrangères des 27, qui étaient réunis à Bruxelles lundi, ont pris connaissance de la lettre adressée par Saeb Erekat à Catherine Ashton pressant les  dirigeants européens d’aider l’A.P. à intégrer la communauté internationale.

Les ministres de Affaires étrangères des 27 “saluent le travail de l’Autorité Palestinienne pour construire les institutions du futur État de Palestine et réaffirment leur plein et entier soutien à ses efforts en ce sens”, ainsi qu’au “plan Fayyad” (la relance de l’économie en Cisjordanie).

Mais ils ont comme de coutume estimé qu’il est urgent de ne rien faire, et par conséquent décidé d’attendre “le moment opportun” pour reconnaître l’État palestinien, c’est-à-dire probablement le moment où ils pourraient paisiblement constater que les conditions qui lui permettraient d’exister ne seront plus jamais réunies (ce qui ne saurait plus tellement tarder)…

Cela ne les empêche pas, dans l’immédiat, d’affirmer que “la légitimité de l’État d’Israël et le droit des Palestiniens à créer un État” ne peuvent en aucun cas être mis en question. Aussi réaffirment-ils rituellement que la colonisation est illégale et constitue un obstacle à la paix… Ça ne coûte rien, et ça n’engage à rien.

Print Friendly, PDF & Email