L'actu

L’Otan passe une commande au fabricant d’armes israélien Elbit

L’Otan a conclu un contrat avec le plus gros producteur d’armes israélien, Elbit, pour une valeur dépassant les 40 millions d’euros. Elbit va fournir des systèmes de sécurité pour les avions ravitailleurs A330 qui assurent l’alimentation en carburant de bombardiers en plein vol.

Un bombardier israélien survolant la bande de Gaza

Il est temps que l’UE discute d’un embargo sur les armes

L’Otan est une organisation au sein de laquelle les États-Unis jouent le rôle principal. En outre, à peu près tous les États membres de l’Union européenne en font partie. Le commerce d’armes avec Israël, via l’Otan aussi, devrait donc constituer un thème politique au sein de l’UE. D’autant que l’industrie de la défense est un pilier important de l’économie israélienne. C’est pourquoi BDS Pays-Bas, notamment avec docP (Diensten Onderzoek Centrum Palestina), préconise depuis longtemps déjà des sanctions contre Israël en raison de sa politique de colonisation et de sa discrimination ethnique. La position de pointe d’Elbit Systems sur le plan militaro-technologique donne par exemple la possibilité à Israël d’effectuer des attaques très ciblées contre la bande de Gaza, et notamment contre des écoles et des hôpitaux. Un embargo sur les armes contre Israël devrait donc figurer progressivement dans les tout premiers points de l’agenda.

Partout dans le monde, Elbit est dans le collimateur de BDS et de la Campagne contre le commerce des armes

Dans de nombreux pays, depuis des années, tant les activistes BDS que la Campaign Against Arms Trade (Campagne contre le commerce des armes) organisent des actions contre Elbit. Andrew Smith, de cette organisation également active aux Pays-Bas, insiste sur le fait qu’Elbit arme des régimes oppresseurs dans le monde entier et est profondément impliqué dans l’occupation de la Palestine. Le mouvement BDS international décrit Elbit comme une « composante de l’infrastructure de l’apartheid israélien ».


Publié le 21/12/2017 sur docP
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email