Dans l'actu

L’offensive préméditée d’Israël contre Gaza

L’assassinat du chef militaire du Hamas, Ahmed Jabari, ce mercredi, a marqué le début d’une opération militaire de grande envergure  d’Israël contre la bande de Gaza. L’opération baptisée « Pilier de défense », n’était pas une réaction à cinq jours d’escalade militaire à la frontière de Gaza, mais une offensive préméditée, préparée il y a plusieurs mois déjà par l’armée israélienne et les Services généraux de sécurité (GSS).

 Les résultats de l’assassinat extrajudiciaire par Israël d’Ahmed Jabari à Gaza (Photo : PressTV)

Les résultats de l’assassinat extrajudiciaire par Israël d’Ahmed Jabari à Gaza (Photo : PressTV)

L’offensive israélienne a bel et bien eu lieu bien, alors que certains signes montrent que l’Égypte est parvenue à négocier une trêve entre Israël et les factions palestiniennes, trêve qui aurait mis fin à une recrudescence de la violence cette dernière semaine.

Au cours de la semaine qui a précédé l’offensive israélienne contre la bande de Gaza, les forces aériennes israéliennes ont attaqué des installations civiles ainsi que plusieurs sites d’entraînement de la résistance palestinienne. En outre, les forces israéliennes ont tué six civils palestiniens, y compris trois enfants, et deux membres de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza. Cette même semaine, 53 civils, dont 12 enfants et 6 femmes, ont été blessés lors des attaques israéliennes contre Gaza.

Le 8 novembre, les forces israéliennes ont tué un enfant durant une incursion dans le village d’Abassan, à l’est de Kahn Yunis. Vers 8 heures du matin, le même jour, les forces israéliennes se sont déplacées à l’est du village d’al-Qarara, situé au nord-est de Khan Yunis, et ont nivelé des terres tout en effectuant des tirs sans la moindre discrimination. L’opération de nivellement s’est déplacée vers le village d’Abassan quelques heures plus tard, tandis que les Israéliens continuaient à tirer à tort et à travers. Un hélicoptère de combat israélien, qui assistait les troupes israéliennes, a également ouvert le feu dans la zone.

Vers 16 h 30, suite aux tirs sans discrimination, Ahmad Abu Daqqa, 13 ans, était grièvement blessé par balle à l’abdomen, alors qu’il jouait au football avec ses amis devant sa maison.

Mohammed Abu Daqqa, 14 ans, qui jouait avec Ahmad, dit que ce dernier portait des vêtements de sport et qu’il jouait comme gardien de but. Mohammed ajoute qu’ils se sentaient en sécurité malgré l’incursion de l’armée israélienne, « parce que nous nous trouvions relativement loin de la zone affectée ».

« À 4 h 30, j’ai vu une balle frapper la porte de la maison d’Ahmad. Et, tout de suite, j’ai vu Ahmad tomber par terre. Il s’est relevé ensuite, les mains posées sur l’abdomen, et il s’est mis à crier. »

Ahmad Abu Daqqa est mort suite à ses blessures alors qu’il était emmené à l’hôpital.
Dans la journée, des obus de mortier palestiniens ont légèrement blessé un militaire israélien le long de la frontière.
Le lendemain, 9 novembre, les Palestiniens ont lancé un missile antichar contre une jeep israélienne patrouillant le long de la frontière de Gaza, blessant quatre militaires. Aussitôt, des chars ont ouvert le feu sur le quartier d’al-Shoja’iya, à l’est de Gaza City, tuant cinq Palestiniens, dont deux enfants, et en blessant 38 autres. Plus tard, les Palestiniens ont lancé un certain nombre de roquettes Kassam vers le sud d’Israël. L’un des blessés est mort le 13 novembre.

Le 11 novembre 2012, un membre de la résistance palestinienne a été tué lors d’une attaque de drone. Un civil a été blessé quand les forces israéliennes ont tiré des obus d’artillerie contre l’Aéroport international de Gaza, au sud-est de Rafah.

Le 13 novembre, 11 civils, y compris 5 femmes et 2 enfants, ont été blessés lorsque l’artillerie israélienne a pris pour cible le village de Khuza, à l’est de Khan Yunis. Un combattant palestinien, un combattant des brigades al-Quds, a été tué dans le nord-est de la bande de Gaza lorsqu’un drone israélienne a attaqué plusieurs membres des brigades al-Quds (l’aile armée du Djihad islamique).

Plus tard, le même jour, l’Égypte est parvenue à négocier un cessez-le-feu entre Israël et les factions palestiniennes. Le cessez-le-feu a été garanti par le Hamas. Les deux camps ont mis comme condition à leur silence l’arrêt des attaques émanant du camp adverse.

Dans la bande de Gaza, Mohammed Jabari, chef militaire du Hamas, a commandé à ses troupes de suspendre toute tentative de lancer des missiles contre les territoires israéliens. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu met en garde contre de futures frappes, en disant : « Je suis responsable du choix du moment exact où nous réclamerons le prix le plus fort – et il en sera ainsi. »

Le lendemain, 14 novembre, dans l’après-midi, Israël assassinait Mohammed Jabari, déclenchant une offensive majeure contre la bande de Gaza. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, affirme : « Les frappes de mercredi marquent le début, non la fin, des opérations militaires. »


Publié le 15 novembre 2012 par Alternative Information Center.
Traduction pour ce site : JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email