Dans l'actu

L’OCDE légitime honteusement la politique israélienne à Jérusalem

Le 10 mai, Israël a été admis au sein de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) le “club des pays riches”, en violation des règles mêmes de cette organisation * dont le siège est à Paris et qui est largement dominée par les États-Unis.

Les pays membres de l'OCDE, club de riches

Les pays membres de l’OCDE, club de riches

Le « Centre d’Information Alternative » (AIC – dont Michel Warschawski est un des fondateurs), signale que l’OCDE a récemment annoncé que la conférence annuelle de sa Commission du Tourisme aura lieu à Jérusalem en octobre de cette année.

La chose est d’autant plus remarquable que, selon l’AIC, ce sera la première fois que cette commission de l’OCDE se réunira ailleurs qu’à Paris.

Parmi toutes les villes du monde, c’est donc la capitale auto-proclamée d’Israël, dont l’annexion n’a jamais été reconnue par l’ONU ou la “communauté internationale” (même les États-Unis ont toujours leur ambassade à Tel-Aviv et non à Jérusalem), lieu symbolique entre tous de la politique raciste d’apartheid et de spoliation permanente de la population palestinienne que l’OCDE a choisie !

«L’admission d’Israël au sein de l’OCDE revêt une grande importance en termes de construction d’une image positive pour le pays», avait déclaré le ministre israélien du Tourisme Stas Misezhnikov. «L’image positive acquise aura un effet sur le choix du touriste en visite en Israël, et cela va attirer les investisseurs étrangers dans le pays, y compris, entre autres, les investisseurs dans le tourisme.»

Avec le choix de Jérusalem pour réunir sa Commission du Tourisme – ce qui signifie qu’une cinquantaine de ministres du tourisme des pays membres de l’OCDE et de quelques autres se réuniront pendant trois jours dans cette ville – l’OCDE donne incontestablement un signal politique catastrophique, car évidemment le gouvernement Netanyahou ne manque pas de souligner qu’il s’agit là  d’«un important vote de confiance», d’« une importance particulière, compte tenu de la décision prise par les dirigeants de l’OCDE à s’écarter de la tradition et de tenir la réunion n’est pas à Paris, mais à Jérusalem ».

Au cours de cette session, la Commission du Tourisme de l’OCDE va se pencher tout particulièrement sur les perspectives ouvertes par “le tourisme vert”, ce qui est un paradoxe de plus si on veut bien considérer le massacre des paysage et la destruction des ressources naturelles (les réserves d’eau douce en particulier) auxquels se livre Israël.

L’AIC rappelle que durant les 62 années de son existence, Israël a lancé une invasion de la Syrie, trois invasions de Jordanie, trois invasions de l’Égypte et cinq invasions du Liban (il a également été attaqué à deux reprises par les pays voisins). Israël a été impliqué dans plusieurs attentats terroristes, les assassinats et  attentats contre d’autres pays (notamment à Dubaï, en Égypte, en Jordanie, en Irak, au Liban, au Soudan, en Tunisie et en Syrie). Last but not least, il s’est engagé dans une occupation militaire des populations palestiniennes et syriennes et a lancé d’innombrables attaques contre la population palestinienne – à la fois en Israël et dans la bande de Gaza et la Cisjordanie. Israël est également l’un des plus grands exportateurs d’armes dans le monde

Voilà ce que l’OCDE a décidé de récompenser de manière particulièrement éclatante !


* une des règles impose aux pays membres la “transparence” quant à leurs comptes et statistiques économiques, qui doivent répondre à des normes établies. Israël a fourni des données statistiques incluant l’activité économique générée dans les colonies juives établies dans les territoires occupés, donc en dehors du territoire israélien. Sans cette violation flagrante des règles, Israël n’aurait pas atteint rempli les critères d’admission : « Israël a été pris au dépourvu car il a toujours refusé, même dans ses propres données internes, à faire une distinction entre Israël et les territoires occupés, » a déclaré l’économiste M. Hever. «Tant Jérusalem-Est que le Golan ont été annexées par Israël en violation du droit international. L’OCDE traite Israël comme s’il avait sept millions de citoyens, alors qu’en réalité, il a 11 millions de sujets, dont quatre millions sont des Palestiniens vivant sous occupation, » a déclaré M. Hever. « Si ils étaient inclus dans les chiffres fournis à l’OCDE, Israël se verrait refuser l’adhésion en raison des disparités énormes de richesse.»
Les services de l’OCDE ont parfaitement identifié cette anomalie qui ne doit rien au hasard, mais une décision politique est intervenue pour ne pas tenir compte de cette entorse aux règles de l’OCDE. Israël devra simplement corriger ses chiffres (ce qui prendra un an ou deux, semble-t-il) mais a été admis sans attendre d’avoir fourni des données conformes.
Bien d’autres raisons encore imposaient de ne pas admettre Israël au sein de l’OCDE, mais évidemment les États membres se sont comme de coutume alignés, le petit doigt sur la couture du pantalon, sur la position américaine. Y compris la Turquie…

Print Friendly, PDF & Email