Dans l'actu

L’ex-ambassadeur d’Afrique du Sud en Israël compare le sort des Bédouins à l’apartheid

Un ancien ambassadeur de l’Afrique du Sud en Israël a suscité la colère du gouvernement israélien en assimilant à l’apartheid la façon dont Israël traite la communauté bédouine palestinienne du pays.

Ismail Coovadia a déclaré à des activistes propalestiniens qu’il avait refusé le cadeau de 18 arbres plantés en son nom par le ministre israélien des Affaires étrangères lors de son départ en 2012, du fait qu’ils allaient être plantés sur une terre qui avait été « volée ».

Photo de Raymond Saublains (*)

Photo de Raymond Saublains (*)

« J’ai soutenu la lutte contre l’Afrique du Sud de l’apartheid et, aujourd’hui, je ne puis donc me faire le défenseur de ce que j’ai vu en Israël, c’est-à-dire une réplique de l’apartheid ! » a écrit M. Coovadia dans une lettre d’abord publiée dans certains médias sud-africains la semaine dernière.

M. Coovadia s’était vu remettre un certificat du Fonds national juif pour des arbres à planter dans la Forêt des Ambassadeurs, dans le désert du Néguev, sur des terres confisquées au village bédouin palestinien d’al-Araqib en 2010. Un campement de protestation établi sur le site du village évacué, que M. Coovadia a visité peu de temps avant son départ d’Israël, a été démoli pour la 52e fois en trois ans, mercredi matin.

Les Bédouins palestiniens représentent près d’un tiers de la population de la région israélienne du Sud-Néguev et ils réclament des droits ancestraux sur moins de 5 % des terres de la région. Sous la législation en cours, qui a été adoptée en 2012 et connue sous le nom de Plan Prawer, 70.000 Bédouins vivant actuellement dans cette région sont confrontés à des déportations forcées hors de 35 villages qu’Israël a refusé de reconnaître. En même temps, le FNJ utilise des donations venues de l’étranger pour planter des millions d’arbres sur des portions de terres stratégiques revendiquées par ces communautés palestiniennes.

Le Dr Tahbet Abu Rass, directeur d’Adalah, une association en faveur des droits palestiniens dans le Néguev, étaient parmi les divers activistes qui ont accueilli favorablement la déclaration de M. Coovadia.

« Nous tous nous aimons les arbres ; nous aussi nous aimerions voir un Néguev vert, mais le fait qu’ils plantent des arbres sur des terres revendiquées par les Bédouins est une déclaration politique. Nous sommes heureux que l’ancien ambassadeur se soit exprimé sur ce problème et espérons que d’autres suivront », a ajouté le Dr Abu Rass.


 

Publié le 19 juin 2013 sur The Telegraph.
Traduction : JM Flémal.

(*) Raymond Saublains a participé à une mission belge dans le Néguev en avril 2013. Il témoignera avec d’autres membres de la délégation lors d’une soirée de solidarité avec les Bédouins palestiniens du Néguev le 28 juin à Charleroi.

Print Friendly, PDF & Email