Dans l'actu

L’Europe et la Palestine : double langage et poudre aux yeux

Luc Delval

Le 19 février dernier, Barbara Delcourt, professeur au département de Sciences Politiques de l’Université Libre de Bruxelles, était l’invitée du Centre culturel arabe en Pays de Liège, dans les locaux de l’ULg.

Elle y présentait un travail d’analyse de discours auquel elle s’est livrée, concernant les prises de position de l’Union Européenne dans le conflit israélo-palestinien.

Partenaires dans les crimes de guerre :  Catherine Ashron, "haute représentante" de l’UE et Benjamin Netanyahou

Partenaires dans les crimes de guerre : Catherine Ashron, « haute représentante » de l’UE et Benjamin Netanyahou

Première conclusion, étayée par des exemples indiscutables : la soi-disant “équidistance” de l’Europe des 27, qui prétend se situer “à mi-chemin” entre Israéliens et Palestiniens, n’est que de la poudre aux yeux, et les positions adoptées ne tiennent ni face aux droit international (quelle que soit la branche de celui-ci à laquelle on se réfère) ni bien souvent face à la simple logique. On n’en sera guère étonné, hélas.

Barbara Delcourt met en évidence une autre évolution très préoccupante de la politique européenne, dans le sillage tracé par les États-Unis et Israël : la négation du “droit de résistance” des peuples colonisés ou sous domination étrangère. L’Assemblée générale des Nations-Unies a pourtant consacré depuis de nombreuses années le principe qui veut qu’est légitime «la lutte des peuples pour leur indépendance, leur intégrité territoriale et leur unité nationale et pour se libérer de la domination coloniale et étrangère par tous les moyens à leur disposition, y compris la lutte armée».

Celle-ci n’est certes pas un idéal à atteindre, mais c’est un droit. C’est aux intéressés de juger s’ils doivent s’en servir et comment.

Il conviendrait de le rappeler avec insistance aux dirigeants européens qui, en notre nom, prétendent le mettre à mal par toutes sortes de détours. On ne peut en effet se dispenser de mettre la démonstration du Pr Delcourt en relation avec les informations qui démontrent que l’Union européenne finance généreusement la recherche israélienne en matière d’armement. On ne peut davantage faire abstraction du fait que, selon des données récentes (mais officieuses  – LLB du 23 février 2010) la Belgique (et singulièrement la Wallonie) exporte de plus en plus d’armes : pour plus d’un milliard d’Euros en 2009 !

Voici les vidéos tournées lors de cette conférence de Barbara Delcourt, devant un public nombreux :

B. Delcourt (ULB) : L’U.E. et la violence dans le conflit israélo-palestinien (1) from Luc Delval on Vimeo.

B. Delcourt (ULB) : L’U.E. et la violence dans le conflit israélo-palestinien (2) from Luc Delval on Vimeo.

Print Friendly, PDF & Email