Dans l'actu

Les « vies en suspens » des femmes palestiniennes dans les prisons d’Israël

Environ 10.000 femmes palestiniennes ont été arrêtés par Israël depuis 1967. Des dizaines de femmes sont actuellement détenues dans les prisons israéliennes.

Suspended Lives, est une exposition de photographies de dix femmes palestiniennes qui ont passé une partie de leur vie dans les prisons israéliennes. Elle est visible à Ramallah depuis le mois de juillet et va continuer de voyager dans le monde. Elle fait partie d’un projet des Nations unie qui vise à soutenir et défendre les droits des prisonnières palestiniennes.

Ci-dessous le portrait et les témoignages des femmes qui ont participé à l’ exposition.

Nom : GHOUFRAN ZAMAL

Localité : Naplouse (Cisjordanie)
Date de naissance : 28/2/1982
Age au moment de l’arrestation : 27 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation : aucun
Accusation(s) officielle(s) : avoir fourni des services à un parti politique hostile (Hamas)
Sentence : 10 mois
Période passée en prison : 9 mois
Période d’interrogatoire : 35 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 24 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 4 mois
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : la mère, les frères, les soeurs
Nombre de jours d’incarcération en isolement : 57 jours

« Ils m’ont arrêtée à la maison à 2 h du matin… J’ai subi 35 jours d’interrogatoire. Les 2 premières semaines d’interrogatoire, on m’a refusé l’accès à un avocat. Les interrogatoires se sont poursuivis nuit et jour… Au bout de quinze jours, ils m’ont autorisée à voir un avocat, après quoi cela a continué : la cellule d’isolement pendant plusieurs jours et, ensuite, de nouveau les interrogatoires. »
« Ils m’ont enlevé mon jilbab (vêtement ordinaire) et m’ont donné un uniforme brun, la tenue réservée aux prisonniers. Avec des manches courtes. J’ai demandé quelque chose avec des longues manches, de façon à pouvoir prier, mais ils ont refusé. J’ai demandé une blouse blanche à longues  manches que je pouvais porter sous l’uniforme. Une fois de plus ils ont refusé. Je me déplaçais entre les cellules de Jalamé (centre de détention) au beau milieu de gardiens masculins, tout en portant un uniforme à courtes manches… ce qui m’a blessé le plus, c’étaient les insultes qu’ils me lançaient. »

Nom : SANA’AMER
Localité : Hebron (Cisjordanie)
Date de naissance : 22/10/1986
Age au moment de l’arrestation : 16 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation : aucun
Accusation(s) officielle(s) : a essayé de poignarder un soldat israélien
Sentence : 7 ans
Période passée en prison : 7 ans
Période d’interrogatoire : 2 mois au total (différentes scessions d’interrogatoires à des périodes  diverses
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : inconnu
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 4 ans
Membres de la famille qui se sont vus refuser l’accès : aucun
Nombre de jours d’incarcération en isolement : inconnu

« J’ai été emprisonnée à l’âge de 16 ans et relâchée à 23. J’ai profondément souffert parce que j’étais incapable de poursuivre mon éducation, de me promener dans les rues, de rencontrer de nouvelles personnes… tout se ressemble… tout ce qui vous entoure est immobile… »
« Voilà presque un an que j’ai été relâchée et je suis perturbée… Dois-je reprendre ma vie après 7 ans ou faire abstraction de ces 7 ans et redémarrer ma vie à 16 ans ?
« En prison, vous apprenez qu’il y a toujours un lendemain… et que tant que vous respirez, vous pouvez compenser les nombreuses choses qu’on vous a enlevées…on doit rester positif. Il y a des tas de choses négatives dans la vie, pourquoi devrais-je être l’une d’elles ?»

Nom : MARIAM ABU DAQA
Localité : Bande de Gaza
Date de naissance : 23/7/1952
Age au moment de l’arrestation : 16 ans
Nombre d’enfants : aucun
Accusation(s) officielle(s) : affiliation à une cellule de résistance (le Groupe Guevara) et action militaire hostile
Sentence : 2 ans
Période passée en prison : 2 ans
Période d’interrogation : 45 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 6 mois
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 6 mois
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : inconnu
Nombre de jours d’incarcération en isolement : 10 jours

« Encore maintenant, nous souffrons des conséquences de la prison. On nous a mis derrière les barreaux lorsque nous étions encore des enfants. On nous a privé de notre enfance et d’un environnement normal… Nos existences n’ont rien de stable… Je suis allée en prison plusieurs fois. La première quand je n’avais que 14 ans… La dernière fois que j’ai été en prison, j’ai été déportée… Je suis restée 11 jours à la frontière jordano-israélienne… J’avais 17 ans… Ils m’ont donné 24 h pour partir, malgré le fait que j’avais accompli ma sentence de 2 ans… Les forces de sécurité israéliennes m’ont dit que j’étais une menace pour la sécurité du pays, de sorte qu’ils ont préféré me déporter… J’étais la première et la plus jeune (de Gaza) a être déportée… Quand je suis revenue au bout de 30 ans, mon père et ma sœur étaient décédés et tout avait changé…
« Chaque fois que nous parlons de prisonniers, la question est d’une façon ou d’une autre liée au terrorisme !  C’est tout à fait faux. Ce groupe a des droits conformément aux lois internationales… On nous a mis en prison parce que nous luttions pour un droit protégé par la législation internationale…
« 

Nom : DOU’A AL JAYOUSSI
Localité : Tulkarem (Cisjordanie)
Date de naissance : 4/11/1980
Age au moment de l’arrestation : 27 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : aucun
Accusation(s) officielle(s) : a participé et aidé dans un attentat suicide
Sentence : trois fois l’emprisonnement à vie plus 32 ans
Période passée en prison : 8 ans
Période d’interrogatoire : 2 mois
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : inconnu
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 1 an
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : frère et belle-soeur
Nombre de jours d’incarcération en isolement :  aucun

« Il était 2 h du matin. Ils ont frappé à la porte. Nous dormions… Elle était pieds nus dans sa robe de nuit, ils ne lui ont même pas laissé mettre une paire de pantalon, ils l’ont amenée et ils l’ont jetée dans le fourgon. Les chiens aboyaient, l’armée était partout. J’ai essayé de la suivre et ils ont pointé leurs armes sur moi, me menaçant de m’abattre. »
« Nous avons fait appel à tant d’avocats et essayé de savoir où elle était. Un an plus tard, nous avons découvert qu’elle était à la prison de Ramlé… »
« Lorsque j’ai reçu une autorisation, je suis allée à la prison et elle était la seule parmi toutes les filles à ne pas avoir le droit de recevoir des visites. La seconde fois, ils m’ont dit qu’elle était punie et que je ne pouvais pas la voir. La troisième fois, ils m’ont permis de la voir pendant un quart d’heure et pas une minute de plus. »
« Rien n’est plus précieux que vos enfants… Aujourd’hui j’attends la mort, je ne sais pas si j’arriverai à 60 ans.

Nom : JIHAN DAHADHA
Localité : Ramallah (Cisjordanie)
Date de naissance : 22/4/1986
Age au moment de l’arrestation : 20 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : aucun
Accusation(s) officielle(s) : a fourni de l’aide à un parti hostile (Djihad islamique)
Sentence : 16 mois et une amende de 1 400 dollars
Période passée en prison : 1 an et 4 mois
Période d’interrogation : 21 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 21 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 3 mois
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : les frères
Nombre de jours d’incarcération en isolement :  aucun

« Ils m’ont enfermée dans une cage au checkpoint et ont obligé ma mère et le chauffeur de taxi d’attendre dehors. On était en décembre et il faisait très froid. J’ai dit aux soldats : « C’est moi que vous cherchez, pas eux, laissez les rentrer dans la voiture et ayez pitié d’eux. » Il a répondu : « Si je veux, je peux obliger ta mère à enlever son pull. » Ils se sont mis à tabasser le chauffeur de taxi et ont obligé tous les passagers à sortir du taxi et ils ont fermé le checkpoint. Il était 5 h 15 du matin. »
« Nous ne demandons pas grand-chose. Nous revendiquons uniquement notre droit légitime d’être traités comme des prisonniers de guerre… »

Nom : FATMA AL ZIQ
Localité : Bande de Gaza
Date de naissance : 30/11/1968
Age au moment de l’arrestation : 40 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : Mahmoud (19 ans), Soumaya (18 ans), Belal (16 ans), Sarah (14 ans), Ali (13 ans), Zakariya (10 ans), Othman (7 ans) et Suleiman (4 ans)
Accusation(s) officielle(s) : tentative avortée d’opération suicide
Sentence : non condamnée
Période passée en prison : 2 ans et 4 mois
Période d’interrogation : 21 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 21 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : aucune visite depuis le moment de son arrestation
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : tous
Nombre de jours d’incarcération en isolement : aucun

« J’ai accouché le 17 janvier, un jeudi,  en 2008… Mes souffrances dans les mains de la doctoresse ont commencé… C’était comme si elle et moi étions sur un champ de bataille, nos armes pointées l’une sur l’autre !… En tant que médecin, elle est censée accomplir son devoir… Elle m’a laissé là pendant 4 longues heures… Elle m’insultait à chaque occasion… Elle n’arrêtait pas de dire : « Allez, termines-en ! »… J’ai mis Yousuf au monde et ils me l’ont mis sur la poitrine. Je l’entendais crier et toute la douleur et la torture que j’avais endurées ont disparu… Ils me l’ont ensuite enlevé et, aussitôt,  m’ont menottée au lit par les mains et par les pieds… Mes jambes sont restés enferrées pendant trois jours. »
« Lorsque j’ai été arrêtée, je leur ai dit que je voulais parler à ma famille afin qu’elle sache. Ils m’ont dit qu’ils allaient l’ appeler. Après avoir rencontré mes avocats, j’ai découvert que, pendant trois jours, ma famille avait ignoré où j’étais. »
« Les prisonniers de Gaza, au contraire des autres prisonniers, n’ont pas droit à la visite des membres de la famille… Tout être humain a besoin de contacts avec sa famille… La mort, c’est la mort, mais la séparation est beaucoup plus dure parce que vous êtes en vie et que vous n’avez pas le droit de vous voir les uns les autres.»

Nom : FAIROUZ ARAFA
Localité : Bande de Gaza
Date de naissance : 22/4/1968
Age au moment de l’arrestation : 22, 24 et 26 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : aucun
Accusation(s) officielle(s) : affiliation au Front Populaire de Palestine
Sentence : 3 ans et demi
Période passée en prison : 3 ans
Période d’interrogation : 45 jours avant chaque emprisonnement
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 3 mois
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 3 mois
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : aucun
Nombre de jours d’incarcération en isolement :  225 jours (y compris 90 jours d’affilés)

« J’avais 18 ans. Ils m’ont amenée directement à l’interrogatoire. Le lieu où l’on interroge est une grande cour… Les Palestiniens l’appellent « l’abattoir »… Quand je l’ai traversée, j’ai vu des instruments de torture, j’ai vu des hommes pendus à des chaînes par les pieds, comme des moutons. J’ai entendu hurler… L’endroit était réellement terrifiant. »
« Ils me frappaient avec des cannes. J’étais visage face au mur et ils me frappaient sur la tête et sur le dos. C’est la méthode qu’ils ont utilisée pendant les 60 jours qu’ont duré les interrogatoires… Ils mettaient la musique à fond et ils nous frappaient au rythme de la musique. Ils nous frappaient et nous entendions ces chansons israéliennes branchées à fond. La personne qui interrogeait… me collait le dos au mur et me pressait la poitrine sous son pied jusqu’à ce que je m’évanouisse et que ma langue sorte littéralement de ma bouche… Des années durant, j’ai souffert de problèmes à la poitrine. Longtemps après ma sortie de prison, on a découvert une fracture filiforme dans mes côtes… »

Nom : IBTISSAM ESSAWI
Localité : Jérusalem
Date de naissance : 1/1/1966
Age au moment de l’arrestation : 35 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : Rama (15 ans), Ruha (12 ans), Rami (11 ans), Ra’fat (8 ans), Reem (6 ans), Renad, un bébé qui venait de naître
Accusation(s) officielle(s) : avoir poignardé un garde de la sécurité israélien d’une compagnie de téléphone
Sentence : 14 ans et 11 mois
Période passée en prison : 10 ans
Période d’interrogation : 45 jours
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : inconnu
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 3 mois
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : la belle-mère et la plus jeune fille
Nombre de jours d’incarcération en isolement :  6 mois

« Elle est sortie pour aller payer la facture du téléphone. Le gardien à l’entrée du bâtiment a été grossier avec elle… Tout en la fouillant, il l’a harcelée jusqu’au moment où il lui a demandé d’enlever son foulard de tête, de façon à pouvoir vérifier à ce qu’il y avait en-dessous. Elle s’est disputée avec lui… Ensuite elle est sortie, a acheté un couteau et l’a poignardé. Le gardien s’est rétabli par la suite… Quand ils l’ont arrêtée, la plus jeune de nos filles avait 4 mois… J’ai 6 enfants… Depuis lors, j’ai été à la fois la mère et le père de mes 6 enfants ; j’ai cuisiné, nettoyé et je les ai fait se tenir sages. »
« Elle a été incarcérée pour l’interrogatoire (sans jugement) pendant 3 mois… Lors du procès, l’avocat a parlé de son état psychologique… elle venait d’être mère à nouveau… elle faisait de la dépression postnatale. C’est ce qui disait le diagnostique et elle était sous médicaments. Nous avions les rapports médicaux mais cela n’a servi à rien, ils n’en ont même pas tenu compte… Ils l’ont condamnée à 15 ans. »
Ibrahim, le mari d’Ibtissam
.

Nom : SUNA AL RA’I
Localité : Qalqilya (Cisjordanie)
Date de naissance : 11/12/1966
Age au moment de l’arrestation : 29 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : 1 enfant (4 ans)
Accusation(s) officielle(s) : avoir tenté d’abattre un soldat israélien au pont d’Allenby (frontière contrôlée par Israël entre la Jordanie et la Cisjordanie)
Sentence : 12 ans
Période passée en prison : 11 ans et 6 mois
Période d’interrogation : 1 mois
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : 2 semaines
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : 5 ans
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : tous
Nombre de jours d’incarcération en isolement : 2 semaines

« J’étais la seule prisonnière politique parmi des droits communs… Les forces de sécurité se servaient de ces criminels et toxicomanes pour le harcèlement psychologue… Pendant que j’étais en prison, mon mari a obtenu le divorce et a tenu mon fils éloigné de moi. Les détenus de droit commun étaient au courant… de ma vie et s’en sont servis pour me persécuter à propos de mon fils. »
« L’interrogatoire était une vraie torture psychologique ; nous entendions des rumeurs à propos de personnes qui étaient torturées et d’autres qui semblaient heureuses et qui riaient en disant : « nous avons avoué et ils nous ont donné des cigarettes ». Moi-même j’étais fumeuse et ils ne m’ont jamais permis de fumer. »

Nom : WAFA AL BISS
Localité : Bande de Gaza
Date de naissance : 7/8/1984
Age au moment de l’arrestation : 21 ans
Nombre d’enfants et âge des enfants au moment de l’arrestation  : aucun
Accusation(s) officielle(s) : tentative avortée d’une opération suicide
Sentence : 12 ans
Période passée en prison : 5 ans
Période d’interrogation : 3 semaines
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un avocat : inconnu
Nombre de jours passés en prison avant la première visite d’un membre de la famille : pas de visites depuis le moment de son arrestation
Membres de la famille qui se sont vu refuser l’accès : tous
Nombre de jours d’incarcération en isolement : 10 mois

« Voilà 6 ans maintenant qu’elle est en prison sans la moindre visite de sa famille. Depuis la capture du fameux Shalit, je n’ai reçu qu’une seule lettre d’elle par le biais de la Croix-Rouge et elle a mis 9 mois pour me parvenir… J’aimerais demander pour quelles raisons il n’y a pas de droit de visite pour toute la bande de Gaza ? »
Sameer, son père

« Je reçois de ses nouvelles via les familles de prisonniers de Cisjordanie. Wafa joint ses messages aux leurs et ils nous appellent pour nous faire savoir qu’elle va bien… J’espère qu’on va résoudre le cas de ce Shalit… De même que la mère de Shalit demande à voir son fils, nous voulons également voir nos enfants. Certaines personnes n’ont pas vu leurs enfants depuis 30 ans, pourtant tout le monde s’en fiche. Je prie Dieu pour que l’échange de prisonniers ait lieu et que tout le monde soit libéré et que nous puissions nous réjouir tout comme la mère de Shalit et que je puisse prendre ma fille Wafa dans mes bras.
Salma, sa mère

TELECHARGEZ LE DOSSIER COMPLET (PDF en anglais) : CLIQUEZ ICI

Print Friendly, PDF & Email