Dans l'actu

Les persécutions contre les bédouins ne cessent jamais

Le “Yeela Raanan for the Regional Council for the Unrecognized Villages in the Negev” signale que ce mardi, le gouvernement d’Israël a fait détruire les cultures dans le village bédouin d’Al-Mazraa.

«Cultures» définit le blé à peine un pouce de haut que la communauté a réussi à  faire croître dans les terres désertiques. Les fermiers bédouins ne bénéficient pas des allocations d’eau, réservée aux cultivateurs juifs, et ils dépendent donc de la pluie.

La moyenne annuelle est de 2 pouces de pluie. Cette année a été une meilleure année, mais même sur une bonne année, le blé ne pousse pas assez haut pour être récolté et faute de mieux est utilisé comme pâturage pour les moutons des habitants de ce village – l’une des communautés les plus pauvres en Israël.

Mais les fonctionnaires du gouvernement israélien n’étaient pas heureux que cette année ait été bénie par la pluie – et ont re-labouré le terrain pour s’assurer que les maigres récoltes soient bien détruites.

L’excuse – la terre n’est pas propriété des habitants du village (la terre est “contestée” : elle appartient historiquement à la tribu bédouine, mais le gouvernement prétend qu’il appartient à l’État).

Mais la vraie raison est qu’ils sont arabes. Comme des Arabes – même s’ils sont citoyens d’Israël – ils sont considérés comme ennemis.

Des faits de cette nature ne sont pas rares.  Le village de Twail Abu-Jarwal a été entièrement détruit à trois reprises. Le 26 octobre, le 6 janvier et à nouveau le 21 janvier. Dans le village d’El-homes Araqib des misérables habitations  ont été démolies quatre fois : le 29 octobre (deux tentes), le 7 décembre (7 cases), le 6 et le 21 janvier (deux cases à chaque fois).

En outre, le Gouvernement d’Israël a fait démolir:

le 29 octobre: deux maisons dans le village d’A-Sir
Une maison dans le village d’Al-Matbakh.

le 5 novembre : une maison dans le village de Tla-Al-Rashid.
Une maison dans le village d’A-Sawa
Une maison dans le village d’Al-Baht.
Une maison dans le village de Zaarura.

le 7 décembre: El-Une maison dans le village d’Um-Mileh.
Une maison dans le village d’Um-reconnus Mitnan.

le 6 janvier : Une maison à El-Batal
Une maison à Hirbat A-Zbala

le 2 février : trois cabanes de bergers dans le village d’Al-Mazraa
Une maison dans le village d’al-reconnus Foraa.

Dans chacune de ces maisons ou de ces abris de fortune une famille a vécu, chaque famille avec une mère et des enfants. Et ils vivent toujours dans le même endroit, mais les baraques qu’ils ont pu reconstruire sont plus précaires, la vie la plus misérable, et un profond ressentiment beaucoup plus profond dans leurs cœurs…

Print Friendly, PDF & Email