Dans l'actu

Les pacifistes juifs du “Irène” dénoncent la brutalité de l’armée israélienne

La marine de guerre israélienne affirmait avoir pris « pacifiquement » le contrôle du bateau à bord duquel des militants pacifistes juifs tentaient de briser le blocus de Gaza, le “Irène”.

“Pacifiquement”, c’est vite dit. Certes, il n’y a pas eu de morts. C’est un progrès, mais cette fois les pirates israéliens avaient face d’eux des juifs, dont :

  • Reuven Moskovitz : Israël, survivant du judéocide, il est membre fondateur du village judéo-arabe Neve Shalom (oasis de paix)
  • Rami Elhanan : Israël, il a perdu sa fille Smadar dans un attentat suicide en 1997, membre fondateur du Cercle des familles en deuil, réunissant des Israéliens et des Palestiniens ayant perdu un proche dans le conflit
  • Lilian Rosengarten : États-Unis, psychothérapeute ayant fui l’Allemagne nazie Glyn Secker : Grande-Bretagne, il est le commandant de bord et membre de l’Organisation Juifs pour la justice pour les Palestinien
  • Yonatan Shapira : Israël, ancien pilote de l’armée israélienne, initiateur de la lettre des 27 pilotes ayant refusé de larguer des bombes sur Gaza, il est membre du mouvement israélo-palestinien Combattants pour la paix
  • Carole Angier : Grande-Bretagne, biographe de l’écrivain, survivant d’Auschwitz, Primo Levi

qui tous avaient clairement annoncé qu’ils n’opposeraient aucune résistance, sinon passive, à leur capture (à leur âge…).

On peut donc imaginer que les tueurs de l’armée israélienne avaient, cette fois, reçu des consignes strictes : pas de morts !
Cette consigne, ils l’ont respectée. Mais il ne fallait quand même pas leur en demander trop !

Après leur libération (beaucoup plus rapide que lorsqu’il s’agissait des passagers de la “flottile de la liberté”, en mai), les passagers du bateau arraisonné ont fait savoir immédiatement – selon Haaretz – que « les soldats des Forces de Défense d’Israël ont fait un recours excessif à la force en prenant le contrôle du bateau ».

Selon le témoignage de Yonathan Shapira, ancien pilote de l’armée de l’air, « il n’y a pas de mots pour décrire ce qui s’est passé pendant l’assaut ». Shapira indique que les passagers, qui tous affirment n’avoir à aucun titre un quelconque geste violent, ont été l’objet de comportement extrêmement violents de la part des soldats. « Ils nous ont sauté dessus, ils nous ont frappé. Moi, ils m’ont tiré au Taser », déclare Shapira.

« Certains des soldats ont eu une attitude particulièrement odieuse. Il y a un gouffre entre la version officielle de l’armée et la réalité de l’attaque », ajoute-t-il.

L’ex-aviateur indique que lui-même et ses camarades sont « fiers de l’aventure », réalisée sur une base simple : « le siège de Gaza constitue un crime, il est immoral, cette chose-là n’est pas juive, et c’ est un impératif moral que de le crier. Quiconque se tait, alors que le crime se déroule, devient un complice de ce crime ».

Eli Usharov, reporter pour la chaîne de télévision Channel 10 qui se trouvait à bord du bateau, confirme le récit de Shapira. Il dit à Haaretz que l’assaut a été conduit avec une brutalité non justifiée. « Ils ont tiré au Taser sur Yonathan. Lui a crié, et il a été traîné sur le bateau de la marine. Yonathan et son frère Itamar, autre passager, ont ensuite été menottés».

Reuven Moskowitz, un rescapé du génocide nazi, exprime quant à lui son incrédulité : « Je n’imaginais pas que des soldats israéliens puissent traiter 9 Juifs d’une telle façon. Ils nous ont cognés »*.

« En tant que survivant de l’Holocauste, je ne supporte pas le fait que l’État d’Israël emprisonne un peuple entier derrière des murailles. C’est profondément immoral. Ce qui m’est arrivé pendant l’Holocauste me fait faire des cauchemars toutes les nuits. Je ne veux pas que nous fassions la même chose à nos voisins. Oui, je compare ce que j’ai enduré avec ce qu’endurent les enfants palestiniens assiégés », ajoute-t-il.

Plus de détails sur le site de l’Union Juive Française pour la Paix.
Voir aussi d’intéressantes précisions sur l’implication des juifs progressistes en Belgique sur le blog de Henri Goldman.


* Notons au passage que si ses propos ont été fidèlement retranscrits, M. Moskowitz semble trouver plus choquant qu’un tel traitement soit infligé à des juifs qu’à des non-juifs… Ou du moins se montre-t-il réaliste sur le caractère ordinairement raciste des agissements de l’armée de son pays.

Print Friendly, PDF & Email