L'actu

Les liens entre les Afro-Américains et les Palestiniens prouvent que les vaincus eux aussi écrivent l’Histoire

Amira Hass à New York.

L’holocauste que le capitalisme (sa version européenne et sa version américaine à l’époque où elle prenait forme) a provoqué en Afrique, parmi les millions d’êtres humains qui ont été acheminés vers le nouveau monde comme du vulgaire bétail – et parmi leurs descendants – flotte au-dessus de l’effervescence qui règne à New York.

Il plane au-dessus de la fébrilité festive d’une ville cosmopolite, avec sa présence de diplômés noirs bien fringués ou de jeunes basketteurs s’exerçant à l’anneau au coin de la Troisième rue et de la Sixième avenue. (Le mot « holocauste » est trompeur en raison de la connotation supra-humaine qu’il comporte mais, du fait que c’est un terme commun, il est au moins clair et pratique.)

Comme c’est le cas pour tout holocauste, les effets du capitalisme sur les Africains et les Afro-Américains ne peuvent être effacés. (L’absence d’indigènes dans le paysage urbain de New York facilite l’occultation de leur propre holocauste.)

8 août 2015. Mara Jacqueline Willaford, du comité de Seattle de Black Lives Matter (littéralement : « les vies noires comptent »), après avoir repris le micro au candidat démocrate à la présidence, le sénateur Bernie Sanders.

Au contraire d’une autre shoah (perpétrée par l’Allemagne nazie et par ses alliés), la shoah américaine continue à propager l’oppression et l’exploitation institutionnalisées, la discrimination et le racisme, l’humiliation et le mépris envers les descendants qui ont survécu.

De ce passé terrible, il existe suffisamment de réminiscences que l’on ne peut enterrer : un peu de contexte historique dans les banlieues et au coin des rues, un calcul rapide pour voir combien parmi les mendiants et les SDF sont noirs (la majorité), des conversations au hasard qui révèlent le vide immense dans l’histoire de la famille (l’exemple le plus ancien est la case d’esclave dans le Sud). Puis, naturellement, il y a les projets publics de logement.

Chaque époque engendre ses propres luttes de masse. Aujourd’hui, on en est à la phase de Black Lives Matter, un mouvement dont la fondation découle directement du fait que la police a la gâchette facile une fois qu’elle est confrontée à des noirs, dont la couleur de peau suffit à qualifier leur existence de non indispensable. Après les protestations tumultueuses, est venu le tour des organisateurs, des militaires communautaires, des porte-parole éloquents et des gens de plume.

Il n’est guère étonnant de voir qu’au moment même où, en Israël, des militaires, des policiers et des agents de la sécurité privée exécutent des manieurs de couteau palestiniens sans même essayer de les capturer vivants, des liens se nouent entre les militants noirs américains et les militants palestiniens. Des connexions ont lieu entre les deux camps ; ils parlent du mépris du pouvoir en place pour la valeur des vies humaines, et pour les vies mêmes des Palestiniens et des noirs.

24 mars 2016. Des militaires israéliens entourent le corps de l’un des deux Palestiniens abattus après avoir agressé un militaire à Hébron. (Photo AFP)

La similitude dans l’index fébrile sur la gâchette des porteurs d’uniforme des deux pays et dans les autorités judiciaires qui comprennent, légitiment et évitent de prononcer des sanctions n’est que la membrane extérieure. En dessous, il y a d’autres strates présentant des similitudes.

Il n’y a pas d‘Afro-Américain à qui son propre pays et ses citoyens blancs n’aient causé, à lui et à sa famille, un désastre terrible dans un passé récent ou un peu plus lointain – expulsion de la terre natale, mort violente d’amis et de proches, vol de la terre, de l’habitation et du gagne-pain, lacération des racines et récriture de l’histoire, tentative d’effacer pour de bon les identités, démantèlement des familles.

L’énorme histoire à succès que les deux pays s’attribuent et qu’ils écoulent sur le marché constitue l’autre aspect de ce tissu d’exploitation et de désastre qui a été mis en œuvre sur le dos des deux sociétés – l’afro-américaine et la palestinienne.

Ici, la ressemblance est criarde. Les États-Unis sont le pays des opportunités illimitées et de la liberté – le progrès individuel pour tous ceux qui le veulent et le peuvent. Mais pas pour les masses des noirs, auxquels le pays doit pourtant une si grande part de son accumulation de capital et de sa prospérité. Israël est une renaissance et un miracle, une démocratie, une nation en pleine croissance, un véritable miel – pour chaque Juif dans le monde, excepté pour les Palestiniens, le peuple qui se trouvait sur cette terre à l’origine.

Les liens et connexions que tissent les Afro-Américains et les Palestiniens montrent qu’en dépit de leurs vainqueurs, les vaincus eux aussi écrivent l’Histoire. L’écrire ensemble est l’une des façons de modifier son cours.


Publié le 3 mai 2016 sur Haaretz
Traduction : Jean-Marie Flémal

Amira HassAmira Hass est une journaliste israélienne, travaillant pour le journal Haaretz. Elle a été pendant de longues années l’unique journaliste à vivre à Gaza, et a notamment écrit « Boire la mer à Gaza » (Editions La Fabrique)
Vous trouverez d’autres articles d’Amira Hass (ou parlant d’elle) traduits en français sur ce site.

Print Friendly, PDF & Email