L'actu

Les leçons de Gaza : Khaled Barakat sur la Journée de la Terre et le Droit au Retour

Khaled Barakat, coordinateur international de la Campagne Free Ahmad Sa'adat

« La mobilisation pour la Journée de la Terre derrière le slogan de la Grande marche du retour et de la fin du siège à Gaza est une réponse populaire et de masse à toutes les tentatives de liquidation de la cause palestinienne, en particulier les plans et les attaques de l’alliance Trump-Netanyahou avec la pleine participation des régimes réactionnaires arabes, en particulier l’Arabie Saoudite », a déclaré l’écrivain de gauche palestinien, le camarade Khaled Barakat« Trump a spécifiquement ciblé l’UNRWA et les droits des réfugiés palestiniens; alors qu’ils marchent pour un retour en masse, il est clair que les réfugiés palestiniens n’accepteront jamais aucune tentative d’effacer leur existence et qu’ils tiennent bon et s’engagent activement dans une lutte sans fin pour retourner dans leurs foyers et récupérer tous leurs droits » a déclaré Barak.

« Compte tenu de la force de cette mobilisation, où des centaines de milliers de réfugiés palestiniens se dirigent vers cette marche, il est clair que là où la résistance armée palestinienne est forte, le mouvement politique, la mobilisation populaire et la participation sont également forts. Là où la résistance armée est marginalisée et réprimée, le mouvement et son niveau populaire sont beaucoup plus faibles, comme on le voit en Cisjordanie », a noté Barakat« En outre, l’absence de droits populaires et de répression dirigée contre les Palestiniens que nous voyons dans les pays entourant la Palestine signifie que la participation populaire à ces marches et au mouvement national palestinien est supprimée et inhibée. Là où les Palestiniens trouvent un quelconque niveau de liberté et revendiquent leurs droits, ils s’organisent, luttent et résistent. »

« Pour la Journée de la Terre, il est clair que les Palestiniens de la patrie et de l’exil sont unifiés derrière leur droit au retour, rendant la relation existentielle et dialectique entre la terre et le peuple de Palestine encore plus visible et évidente » déclare Barakat.

« À l’occasion de l’anniversaire de la Journée de la terre, les efforts que nous avons déployés pour élever le droit au retour comme thème central de la mobilisation constituent une réponse directe à la tentative de Trump-Netanyahou de liquider les droits palestiniens et la cause palestinienne; il montre clairement que le peuple palestinien, en tant que corps collectif et mouvement de libération nationale, continue de résister au sionisme et à l’impérialisme, même dans un moment difficile et difficile pour notre cause », a déclaré M. Barakat« En outre, c’est aussi une réponse au programme politique de l’Autorité palestinienne – une réponse populaire et une réponse naturelle. »

Barakat a notifié que « aujourd’hui, toutes les forces de la Résistance palestinienne sont unies pour affirmer les droits nationaux palestiniens tels qu’ils ont toujours été constitués: un consensus populaire, au cœur duquel sont le retour et la libération, le retour de tous les réfugiés et la libération de la Palestine ».

Le pouvoir de la mobilisation est également clair dans la réponse de l’ennemi, a noté Barakat. « L’envoyé américain Jason Greenblatt a tweeté, dénonçant la marche, tandis que le porte-parole de l’armée israélienne l’a qualifié de « marche du chaos » et l’infâme criminel de guerre raciste Avigdor Lieberman « d’une marche d’incitation ». Cela se reflète également dans la mobilisation militaire sioniste massive autour de la « clôture » et les menaces d’attaques violentes contre les manifestations populaires, illustrant le chaos israélien inspiré par cette initiative populaire ». Barakat a noté que la marche « souligne également le lien étroit entre les Palestiniens qui luttent pour la libération et le besoin urgent de briser le siège de Gaza; c’est pourquoi, à Gaza, le nom officiel de la marche est la marche du retour et pour briser le siège. »

« Ces mobilisations pour la Journée de la Terre corrigent le cours des discussions sur Gaza et sur la situation et la lutte palestiniennes, pas sur l’aide humanitaire mais sur la libération. La grande majorité des habitants de la bande sont des réfugiés et leur combat, de 1948 à aujourd’hui, a été de retourner dans leurs villages, villes et villages en tant que peuple libre », a déclaré M. Barakat. « Il est important pour les masses arabes et les partisans de la Palestine à travers le monde de soutenir ces actions et leurs revendications. Les masses palestiniennes fixent leur boussole dans la direction claire et correcte, au-delà des slogans de «reconnaissance de l’Etat palestinien» vers la libération et le retour. »

En outre, Barakat a noté, « ces mobilisations viennent à un moment où la soi-disant direction palestinienne à Ramallah essaie de convoquer un faux Conseil national palestinien (CNP) sous occupation à Ramallah. Nous avons vu des Palestiniens en exil, y compris des communautés palestiniennes en Europe, dénoncer ces tentatives frauduleuses visant à détourner le mouvement national palestinien d’un faux CNP. Les forces de la Résistance palestinienne doivent saisir cette opportunité pour voir qu’il y a deux voies, la voie du peuple palestinien telle qu’elle est mobilisée aujourd’hui dans les commémorations de la Journée de la Terre et la Marche du retour, ou le chemin de la reddition représenté par Mahmoud Abbas et ses copains. C’est pourquoi, aujourd’hui, la résistance palestinienne doit construire le Congrès national palestinien alternatif, enraciné dans le mouvement populaire. »

« Aujourd’hui, Journée de la Terre, le mouvement étudiant palestinien, le mouvement ouvrier, le mouvement des femmes sont unis pour le droit au retour et la libération de la terre de Palestine », a déclaré Barakat« Aujourd’hui, les réfugiés palestiniens partout dans le monde, en Syrie, au Liban, dans le monde entier, organisent des événements alors même qu’ils font face à de grandes difficultés au quotidien. Les classes populaires palestiniennes prennent l’initiative et présentent un programme et une alternative réels, profondément liés à la lutte des prisonniers et à la commémoration de la Nakba. La Journée de la Terre était un soulèvement palestinien contre la confiscation des terres en 1976 qui est devenu une journée nationale pour tous les Palestiniens dans la patrie et en exil. Et à l’approche de la Journée des Prisonniers et de la 70ème année de la Nakba, nous devons nous élever et nous élever encore, en particulier les Palestiniens à l’extérieur. »

Barakat a mis en garde contre les tentatives de confisquer le message de la lutte de libération en cours inhérente à la Journée de la Terre. « Les médias officiels palestiniens tentent de transformer la Journée de la Terre, une journée de lutte et de confrontation, en une activité purement symbolique. Nous voyons cette même tendance dans les actions de certaines institutions et ambassades palestiniennes. En réalité, ces anniversaires ne sont pas de simples occasions de commémoration mais représentent une occasion de mobiliser une force matérielle pour le mouvement de libération nationale palestinien afin de mettre en œuvre nos objectifs et nos revendications. »


Publié le 30/3/2018 FPLP 
Traduction : Coup Pour Coup 31

Print Friendly, PDF & Email