Dans l'actu

Les Israéliens sont pour le boycott… des autres

Voilà qui va encore davantage détériorer les relations déjà tendues entre Israël et la Grande-Bretagne : des membres du parlement israéliens exigent un boycott public de tous les produits et des compagnies aériennes britanniques. Ils ont immédiatement obtenu le soutien de près de la moitié de la Knesset !

Les députés israéliens à l’origine de cette campagne de boycott d’un nouveau genre ont exprimé leur «révulsion» à la suite d’une décision du gouvernement britannique qui veut que les produits mis en vente dans les supermarchés du Royaume-Unis soient étiquetés différemment selon qu’ils proviennent d’Israël ou des colonies de Cisjordanie. 

Comme de bien entendu, cette mesure – qui est tout simplement l’application, d’ailleurs bien tardive – de la réglementation européenne – a été comparée par ces distingués parlementaires aux “persécutions nazies contre les Juifs”.

«Nous avons l’intention de protester contre tout ce qui distingue les Juifs car ce genre de méthodes ramène de très mauvais souvenirs», a déclaré Ronit Tirosh,  du parti Kadima, qui mène la campagne.

Par ailleurs, un mouvement pro-boycott se développe en Israël. Un boycott qui vise évidemment “les autres”.

Ainsi, des appels sont lancés pour le boycott du tourisme en Turquie. “Nous devons les frapper au portefeuille et boycotter l’industrie hôtelière turque”, proclament les promoteurs d’une campagne d’e-mails, suite à la réaction du gouvernement d’Ankara aux événements à Gaza, ainsi qu’aux manifestations de masse organisées dans le en Turquie contre la politique israélienne.Les Turcs devraient aller chercher leurs amis à Gaza – Nous nous ne viendrons pas !”, proclament encore les auteurs de cette campagne.

Autre campagne de boycott à laquelle beaucoup d’Israéliens adhèrent : celui des entreprises suédoises, dont IKEA, Volvo, et H&M. II s’agit cette fois de protester contre la publication dans la presse suédoise d’articles faisant état d’un trafic d’organes de victimes palestiniennes de la répression, et du refus du gouvernement suédois de condamner ces publications.

Après avoir élevé les plus véhémentes protestations contre ces allégations, évidemment qualifiées d’antisémites, le gouvernement israélien avait finalement été contraint de passer des aveux partiels et embarrassés : il y a bien eu des prélèvements d’organes… mais bien entendu c’était très exceptionnel et c’est du passé ! Et si vous ne croyez pas à ces explications cela prouve bien que vous êtes encore plus antisémite qu’on ne le croyait…

La multiplication des appels au boycott en Israël ruine en tous cas l’argumentation sioniste selon laquelle le procédé serait en lui-même inacceptable. A moins d’admettre que tous les boycotts sont monstrueux et condamnables sauf ceux qui décrètent eux-mêmes.

 

Print Friendly, PDF & Email