Dans l'actu

Les forces israéliennes détruisent un immeuble à appartements de 5 étages à Abou Dis

BETHLEEM (Ma’an) – Durant la nuit de dimanche, les forces israéliennes ont démoli trois des cinq étages d’un immeuble résidentiel à Abou Dis, sous le prétexte que les propriétaires n’avaient pas de permis de bâtir, ont dit des riverains.

Les témoins ont déclaré aux journalistes de Ma’an que cinq bulldozers israéliens protégés par l’armée ont entouré un immeuble de cinq étages à Abou Dis un peu après minuit et qu’ils ont commencé à démolir trois étages vers 1 h 40 du matin.

Les forces israéliennes avaient bloqué toutes les voies menant à l’immeuble avait d’entamer sa démolition.

Le propriétaire, Muatasim Adilah, un chargé de cours à l’Université d’Al-Quds, a déclaré que les forces israéliennes leur avaient ordonné, à lui et à sa famille, de vider les lieux sans toutefois les autoriser à emmener leurs biens.

Les voisins et les résidents locaux ont été tenus à l’écart des lieux pendant la démolition.

Trois des cinq étages ont été détruits. Les deux étages restants sont désormais inhabitables.

Muatasim Adilah a déclaré que les deux premiers étages avaient été construits en 1959 et les trois autres étages quelques années plus tard après l’obtention d’un permis délivré par l’Autorité palestinienne.

La municipalité israélienne de Jérusalem avait délivré un mandat de démolition pour les trois étages supérieurs le 30 avril 2013, après avoir affirmé que l’immeuble était situé dans les limites de la municipalité.

Muatasim Adilah avait alors effectué les démarches pour obtenir un permis de bâtir de la part de la municipalité de Jérusalem, mais se demande avait été refusée.

Le bâtiment couvre 1.000 mètres carrés et a été construit sur un terrain privé.

Des heurts ont éclaté après la démolition et les forces israéliennes ont touché trois jeunes à balles réelles, ont déclaré les témoins.

La démolition a duré quatre heures.

En 2013, Israël a détruit plus de 500 propriétés palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, déplaçant ainsi plus de 850 personnes, d’après les chiffres de l’ONU.


Publié le  30 septembre 2014 sur Ma’an News Agency.
Traduction pour ce site : JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email