Dans l'actu

Les étudiants de l’Université de Liverpool votent en faveur des BDS

Les étudiants de l’Université de Liverpool ont voté le soutien à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). C’est une victoire importante pour les militants de la campagne de solidarité avec la Palestine.

Entre autres choses, la motion engage la Guilde des Étudiants de Liverpool à plaider en faveur du désinvestissement des sociétés complices de l’occupation israélienne et à exercer également des pressions en ce sens sur l’université. La motion autorise également la Guilde à faire cesser de stocker des produits israéliens.

 

Les étudiants de l’Université de Liverpool soutiennent la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Plus de 1 000 étudiants ont participé au « préférendum » de la Guilde des étudiants de Liverpool, qui leur proposait trois options : « Oui », « Non » ou une solution alternative qui rejetait BDS, mais encourageait le syndicat estudiantin à « accroître la conscience du problème ».

Dans ce système du « préférendum », les étudiants pouvaient choisir leur option préférée parmi les trois options, ou « cocher vos deux options préférées ou les trois par ordre de préférence ». Des points étaient donnés « à chacune des options selon leur ordre préférentiel ».

Il y a eu un total de 1 866 points pour soutenir BDS, 934 pour s’opposer à la motion et 1 479 points pour appuyer la solution alternative.

Dans le communiqué de presse qui a suivi la victoire, les Amis de la Palestine de l’Université de Liverpool (ULFOP) ont salué une « écrasante victoire », en dépit d’un système de vote dont, prétendaient-ils, les pronostics ne leur étaient pas favorables.

« Le vote même proposait une option prévoyant de faire passer la motion et deux de ne pas la faire passer. Si les étudiants ne classaient pas toutes les options, celles qu’ils avaient choisie avait alors moins de poids. »

Malgré cela et malgré d’autres inconvénients, les ULFOP ont déclaré que « l’ampleur de la victoire en faveur de BDS montre qu’une grande majorité du corps estudiantin est consciente, ou a été conscientisée, du régime d’apartheid israélien et de l’oppression des Palestiniens et qu’elle est préparée à prendre position contre cette situation ».

Zohra, une membre des ULFOP citée dans le communiqué de presse, a qualifié le résultat de « véritable reflet de l’esprit qui règne sur le campus – où des étudiants de toutes confessions et de tous contextes croient que l’occupation israélienne du peuple palestinien et de ses territoires est injuste, qu’elle équivaut à un système d’apartheid et qu’on ne peut donc lui permettre de se poursuivre. »

Dans une référence aux objections émises par des partisans d’Israël, les ULFOP ont déclaré qu’« ils rejetaient unanimement toute affirmation prétendant que les BDS avaient un effet de division sur le campus, mais qu’en lieu et place ils reconnaissaient que le mouvement BDS constituait un moyen non violent et efficace d’exercer des pressions sur le gouvernement israélien et les sociétés tirant profit de l’occupation de la Palestine ».

Pendant ce temps, l’Union des Étudiants juifs, qui avait fait parvenir à Liverpool un message de soutien en faveur du « Non », a qualifié le résultat de « décevant » et a exprimé le souhait de collaborer avec la Société juive de Liverpool afin de continuer à soutenir « la cause des adversaires des BDS » sur le campus.

Texte de la motion Boycott, Désinvestissement et Sanctions par la Guilde des Étudiants de Liverpool

La MOTION en faveur du soutien par la Guilde des Étudiants de Liverpool du Mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions

1.Prône le désinvestissement :
a)  des sociétés qui sont complices de l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est (c’est-à-dire les sociétés qui fournissent du soutien, de l’aide financière ou de l’armement à l’occupation ; des sociétés qui facilitent les divers « piliers » de l’occupation, tels le Mur, les colonies et la démolition de maisons ; des sociétés qui opèrent dans les territoires occupés, y compris dans les colonies ;
b)  des sociétés complices du siège de Gaza ;
c)  des sociétés complices de la discrimination à l’égard des Palestiniens vivant dans l’État d’Israël, et ce, tant que durera leur implication dans les faits précités.
2.Mandate la Guilde des Étudiants de Liverpool pour exercer des pressions sur l’Université afin qu’elle désinvestisse des compagnies citées sous 1. a), b) et c).
3.Invite la Guilde des Étudiants à cesser de stocker des produits en provenance d’Israël et des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés.
4.Publie une déclaration publique en faveur du soutien du Mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions, déclaration qui servira d’outil de soutien et de solidarité avec les Palestiniens confrontés aux actuelles mesures de déplacement, de répression, d’oppression, de discrimination et de violence.


Publié le 19 novembre 2015 sur Middle East Monitor

Traduction : Jean-Marie Flémal

 

Print Friendly, PDF & Email