Dans l'actu

Les enseignants palestiniens apprécient hautement l’appel du Syndicat irlandais au boycott d’Israël

« Ce boycott n’est nullement une attaque contre la liberté académique, mais bien une tentative de protéger cette dernière. »

Dans un courrier saluant le TUI, les Palestiniens ont déclaré que la netteté de la prise de position du syndicat était un fait « sans précédent ». Ils ont également mis en exergue l’importance de ce genre d’actions de solidarité, invoquant par là le soutien irlandais aux personnes qui, voici plusieurs décennies, luttaient contre l’apartheid sud-africain.

Jeudi dernier, au cours de sa conférence annuelle, le TUI a voté unanimement son soutien à la demande d’appliquer un boycott académique introduite par une large coalition de la société civile palestinienne. Le syndicat invite instamment ses membres à « mettre un terme à toute collaboration culturelle et académique avec Israël, y compris l’échange d’hommes de science, d’étudiants et de personnalités, ainsi qu’à toute coopération dans des programmes de recherche ».

es syndicats palestiniens, représentant des conférenciers, du personnel administratif des universités, des enseignants et des auteurs félicitent le Syndicat irlandais des enseignants (Teachers’ Union of Ireland – TUI) pour ses actions en faveur d’un boycott académique d’Israël contre Israël.

es syndicats palestiniens, représentant des conférenciers, du personnel administratif des universités, des enseignants et des auteurs félicitent le Syndicat irlandais des enseignants (Teachers’ Union of Ireland – TUI) pour ses actions en faveur d’un boycott académique d’Israël contre Israël.

La motion fait référence à Israël en tant qu’« État d’apartheid ».

Elle demande instamment au Congrès irlandais des syndicats (Irish Congress of Trade Unions – ICTU) de poursuivre sur sa précédente lancée et de « mettre sur pied sa campagne en faveur du boycott, du désinvestissements et des sanctions (BDS) contre l’État d’apartheid d’Israël, tant qu’il n’aura pas levé son siège illégal de Gaza et mis un terme à son occupation illégale de la Cisjordanie, et qu’il n’acceptera pas de se conformer à la législation internationale et aux résolutions de l’ONU contre lui. »

Le TUI va se lancer dans la conscientisation de ses membres – dont bon nombre sont des universitaires de niveau trois dans les instituts de technologie – sur l’importance des BDS contre Israël.

Jim Roche, membre du TUI et l’homme qui a proposé la motion, a parlé en ces termes de la déclaration palestinienne :

« Cette lettre prouve vraiment l’importance capitale de la solidarité internationale et des actions de soutien du peuple palestinien dans son combat pour la justice. Ceci fait partie d’une campagne BDS plus large dont le but est de mettre l’État d’Israël sous pression afin qu’il obéisse aux lois internationales. La motion du TUI est historique et elle a été favorablement accueillie et nous espérons que les autres syndicats universitaires d’Irlande et de l’UE lui donneront suite. »

Et Jim Roche a ajouté :

« Une telle ratification de la part de la Palestine devrait motiver toutes les personnes engagées de toutes leurs forces pour faire en sorte que la décision du TUI ne constitue encore qu’un premier pas. Comme l’enseignement palestinien est soumis à des attaques permanentes de la part d’Israël, les personnes qui se soucient un tant soit peu des droits de l’homme doivent agir pour les défendre. Ce boycott n’est pas une attaque contre la liberté académique, mais une tentative de la protéger. »


Publié sur Anphoblacht le 9/4/2013. Traduction pour ce site : JM Flémal

Print Friendly, PDF & Email