Dans l'actu

Les dix grands mythes sur l’attaque israélienne contre Gaza

Juan Cole

  1. Les faucons israéliens se présentent eux-mêmes comme engagés dans un « processus de paix » avec les Palestiniens et auquel le Hamas refuse de se joindre. En fait, Israël a refusé assez longtemps de cesser de coloniser et de voler des terres aux Palestiniens pour s’engager dans des négociations fructueuses avec ces derniers.
    Tel-Aviv annonce très régulièrement et unilatéralement de nouvelles constructions de maisons en Cisjordanie. Il n’y a pas de processus de paix. C’est une supercherie israélienne et américaine. Parler de processus de paix, c’est couvrir les nationalistes israéliens qui sont déterminés à faire main basse sur tout ce que possèdent les Palestiniens et à les réduire (une fois de plus) en réfugiés complètement désargentés.

    Carte mise à jour 2014 : la zone interdite par Israël encore étandue

    Carte mise à jour 2014 : la zone interdite par Israël encore étendue

  2. Des actions comme l’offensive contre Gaza ne peuvent atteindre aucun véritable objectif stratégique à long terme. Elles sont lancées afin de s’assurer que les Israéliens juifs soient les premiers à exploiter les ressources importantes. Les cliquetis de sabres chez les Palestiniens fournissent un prétexte à d’autres confiscations de terres et à l’installation de plus de colonies en terre palestinienne. Autrement dit, l’action militaire contre la population de Gaza est une tactique de diversion ; l’objectif réel est le Grand Israël, une affirmation de la souveraineté israélienne sur tout le territoire de la Palestine jadis sous mandat britannique.
  3. Les faucons israéliens présentent leur guerre d’agression comme de l’« autodéfense ». Mais le grand rabbin israélien britannique admira face à une caméra que l’attaque contre Gaza, en fait, « avait quelque chose à voir avec l’Iran ».
  4. Les faucons israéliens diabolisent les Palestiniens de Gaza en prétendant qu’ils sont de « mauvais voisins » qui n’acceptent pas Israël. Mais 40 pour 100 des gens de Gaza sont des réfugiés, la plupart vivant dans des camps de réfugiés, provenant de familles de la Palestine d’avant 1948 et qui y avaient vécu durant des millénaires.Ils ont été chassés de ce qui est aujourd’hui Israël, lors de la campagne sioniste d’épuration ethnique de 1948.

    Les Israéliens vivent aujourd’hui dans leurs maisons et exploitent leurs terres et ils n’ont jamais payé les moindres réparations pour les crimes qu’ils ont commis contre eux.
    « Le non-paiement par Israël de réparations aux réfugiés palestiniens ces six dernières décennies constitue une violation flagrante des lois internationales» Israël ne reconnaît pas le droit à l’existence de la Palestine, même s’il réclame sans cesse que tout le monde, y compris les Palestiniens déplacés et occupés, reconnaisse le droit à l’existence d’Israël.

  5. Les faucons israéliens et leurs clones américains dépeignent Gaza comme un État étranger, hostile avec lequel Israël est en guerre. En fait, la bande de Gaza est un petit territoire de 1,7 millions d’habitants, occupé militairement par Israël (l’ONU et d’autres corps internationaux partagent cette opinion).
    Les Israéliens ne lui permettent pas d’avoir un port ou un aéroport,  ni d’exporter la majeure partie de ce qu’elle produit. Les Palestiniens ne peuvent travailler environ un tiers de leurs terres, qui sont réservées par Israël en tant que tampon sécuritaire.
    En tant que territoire occupé, la bande de Gaza est couverte par le Règlement de La Haye, de 1907, et par la Quatrième Convention de Genève, de 1949, sur le traitement des populations occupées par leur occupant militaire. Le bombardement sans discrimination des territoires occupés par l’occupant est manifestement illégal aux yeux des lois internationales.
  6. Les faucons israéliens se considèrent comme les victimes innocentes de la furie déconcertante des Palestiniens de Gaza. Mais non seulement Israël a enfermé les Palestiniens de Gaza dans le plus grand pénitencier en plein air du monde, il les a également soumis à un blocus illégal qui, depuis plusieurs années, vise à limiter leur alimentation sans toutefois les laisser mourir de faim. J’ai écrit naguère : « Le blocus alimentaire a eu des effets réels. Environ 10% des enfants palestiniens de Gaza de moins de 5 ans ont vu leur croissance entravée par la malnutrition. Un récent rapport [pdf] publié par Save the Children and Medical Aid for Palestinians (Sauvez les enfants et Aide médicale aux Palestiniens) estimait que, en outre, l’anémie est très répandue, affectant plus de deux tiers des tout jeunes enfants, 58,6% des enfants des écoles et plus d’un tiers des femmes enceintes. »Si une puissance étrangère encerclait Israël, détruisait le port de Haïfa et l’aéroport de Tel-Aviv et empêchait l’exportation des marchandises israéliennes, que pensez-vous que les Israéliens feraient ? Oh ! C’est juste, il est incorrect de considérer à la fois les Palestiniens et les Israéliens comme des êtres humains égaux.
  7. Les faucons israéliens diabolisent les résidents palestiniens de Gaza en tant que disciples du Hamas, à la fois un parti et une milice de la droite religieuse musulmane. Mais la moitié des Palestiniens de Gaza sont des mineurs d’âge, qui n’ont jamais voté pour le Hamas et qui ne peuvent être tenus collectivement responsables de ce parti.
  8. Les faucons israéliens justifient leur agression contre les Palestiniens sur base de l’autodéfense. Mais Israël est un pays de 7,5 millions d’habitants doté de chars, de véhicules blindés, d’artillerie, d’hélicoptères de combat, de F-16, de F-18 et de plus de 400 ogives nucléaires.Gaza

    est un petit territoire occupé de 1,7 million d’habitants qui n’a ni armement lourd, hormis quelques vieux canons et quelques roquettes passablement inefficaces. (Les Israéliens prétendent que des centaines de roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël en 2012 ; mais, jusqu’à la récente agression d’Israël, elles n’avaient pas tué un seul Israélien, bien qu’elles en aient blessé quelques-uns en mars dernier, lorsque les tensions entre Palestiniens et Israéliens se sont intensifiées.)Gaza est une menace pour Israël de la même façon que le bantoustan du Transkei en était une pour l’Afrique du Sud de l’apartheid. Quant aux véritables menaces asymétriques de Gaza à l’égard d’Israël, elles pourraient être réglées en donnant aux Palestiniens un État et en cessant le blocus qu’on leur impose ou, dans le pire des cas, en prévoyant un contre-terrorisme ciblant des terroristes plutôt que des campagnes de bombardement sans la moindre discrimination.

  9. Les faucons israéliens prétendent que leur offensive est une réponse à des provocations. Mais, en fait, Ahmad Jabari, le dirigeant du Hamas assassiné en début de semaine par les Israéliens, s’était engagé dans des pourparlers avec les Israéliens en vue d’une trêve. Des assassinats perpétrés en recourant à la ruse de l’ouverture à des pourparlers de paix constituent des garanties de ce qu’il n’y aura plus de pourparlers de paix.
  10. Bien que la plupart des médias américains soient favorables au parti Likoud, en fait, le monde en a de plus en plus assez de l’agressivité d’Israël. Boycotts et sanctions vont probablement se multiplier avec le temps, ce qui laissera un déficit sur les bras des faucons israéliens.

Publié le 17 novembre sur www.juancole.com
Traduction pour ce site : JM Flémal

Juan Cole est un professeur d’histoire à l’Université de Michigan, spécialiste du Moyen Orient où il a séjourné près de 10 ans et il est auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet.

Print Friendly, PDF & Email