Dans l'actu

Les barbouzes israéliens ne sont plus les bienvenus à l’aéroport de Copenhague

Les autorités danoises, pourtant peu suspectes de vouloir attenter à la « sécurité de l’Occident » (c’est un ancien Premier ministre danois, par exemple, qui est aujourd’hui le secrétaire général de l’OTAN), ont mis le holà aux pratiques de voyous israéliens dans leurs aéroports.

Depuis des années, l’État israélien a imposé, en pratique bien que cela contrevienne à toute règlementation, la présence de membres de ses services secrets au départ des vols des compagnies israéliennes, dans de nombreux aéroports étrangers, européens notamment.

Prenant le pas sur les polices nationales, ces agents, lourdement armés, s’autorisent toutes les mesures de harcèlement et humiliations dont ils ont envie sur les passagers en partance.

Y compris sur ceux d’entre eux qui ont a priori des sympathies pour la politique israélienne, ce qui est le cas d’une majorité de cette catégorie de voyageurs, les autres boycottant généralement El Al, Arkia et consorts, au profit de compagnies non israéliennes, où d’aussi mauvaises rencontres leur sont en principe épargnées.

Mais le Danemark se rebelle contre ces pratiques hors normes. Il vient d’interdire à la compagnie israélienne Arkia, qui s’apprête à ouvrir une ligne directe Copenhague-Tel Aviv, de travailler dans ces conditions.

Expliquant que les opérations conduites par les seuls agents d’Arkia étaient « contraires à la dignité humaine », l’autorité aéroportuaire de Copenhague a décidé que les passagers de ces vols seront soumis à la règle commune, c’est-à-dire celles des services de police danois, interdisant donc tout contrôle séparé par les agents d’Arkia.

Il est en outre interdit aux agents d’Arkia de continuer de porter des armes dans l’enceinte de l’aéroport.

Aux dernières nouvelles, selon les quotidiens israéliens Haaretz et Yediot Aharonot, Arkia envisage de renoncer à la nouvelle liaison aérienne. On ne s’en plaindra pas.

Print Friendly, PDF & Email