Dans l'actu

Les activités de Samidoun à l’Université de Bir Zeit en vue de réclamer la liberté de Georges Abdallah et de Samir Abu Naameh

Samidoun

Le 25 octobre, le réseau Samidoun en Palestine occupée organisait une série d’événements à l’Université de Bir Zeit en travaillant avec plusieurs groupes et organisations d’étudiants. Les activités mises sur pied en solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah, combattant libanais détenu en France, et Samir Abu Naameh, prisonnier de très longue date des prisons israéliennes, faisaient partie d’une semaine de solidarité avec Georges Abdallah, qui vient d’entamer sa 34e année de détention.

(Photo : Samidoun – Palestine occupée)

Les activités ont débuté par un séminaire avec le Dr Abdel-Rahim Sheikh et l’avocat Wael Abu Naameh, le frère de Samir, qui ont parlé de la situation des prisonniers palestiniens. Le séminaire se tenait à la salle Martyr Kamal Nasser, où les participants ont discuté de la terreur politique, sociale et culturelle pratiquée par l’occupation israélienne et les forces impérialistes. Ils ont mis l’accent sur la nature colonialiste de l’emprisonnement et sur l’importance du rôle des jeunes dans les activités visant à libérer les prisonniers politiques palestiniens, puisque ces jeunes constituent l’ossature du mouvement palestinien de libération nationale.

À l’occasion de l’anniversaire de la Déclaration Balfour, les orateurs ont fait remarquer qu’un siècle entier de colonisation et d’emprisonnement n’était pas parvenu à venir à bout de la résistance du peuple palestinien.

Le programme comprenait également des discussions autour de la vie d’Abdallah et de celle d’Abu Naameh. Ces discussions ont été suivies d’une veillée de solidarité dans la cour même de l’université, où les étudiants ont discuté de l’importance qu’il y avait de mobiliser pour la liberté des prisonniers dans toutes les universités palestiniennes, où bon nombre des prisonniers et des martyrs étaient étudiants ou font aujourd’hui partie du mouvement des prisonniers, c’est-à-dire de la ligne de front de la résistance à la colonisation.

Au programme de l’événement figurait aussi la création sur le campus de l’université d’un certain nombre de peintures murales par le « Mitras Youth Group », et mettant en exergue Georges Abdallah, Samir Abu Naameh et la lutte des prisonniers palestiniens. La fresque en l’honneur d’Abu Naameh a été présentée à la famille du détenu.

(Photo : Samidoun – Palestine occupée)

(Photo : Samidoun – Palestine occupée)

Les événements à Bir Zeit se laient en même temps qu’une série d’événements internationaux, y compris des actions et des programmes à Lannemezan (France), où Abdallah est emprisonné, ainsi qu’à Bordeaux, Athènes, Toulouse, New York, Bruxelles, Villeneuve, Manchester, Marseille, La Haye, Tunis, Dublin, Barcelone, Berlin, Baalbek, Beyrouth, Ramallah, Lyon, Genève et le camp de Shatila. Le tout s’inscrivait dans une semaine internationale d’action, entre le 14 et le 24 octobre, destinée à rappeler qu’Abdallah, le combattant communiste pour la Palestine, entamait sa 34e année de détention dans les prisons françaises.

L’événement commémorait également le cas de Samir Abu Naameh, l’un des plus anciens détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, qui est entré dans sa 32e année detention, puisqu’il est incarcéré depuis le 20 octobre 1986. Originaire de Jérusalem, il s’est engagé dans la résistance palestinienne avec le Fatah au cours des années 1980. Son frère Wael a fait remarquer qu’il avait été exclu de tous les échanges de prisonniers – à court et à long terme – ayant eu lieu depuis plus de 30 ans.

(Photo : Wael Abu Naameh)


Publié le 28/10/2017 sur Samidoun, réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email