Dans l'actu

L’Égypte, flic d’Israël

La Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Navi Pillay a appelé mardi l’Égypte à cesser de tirer sur les migrants tentant d’entrer illégalement en Israël et a demandé qu’une enquête soit lancée, après la mort de 60 d’entre-eux ces deux dernières années.

«Alors que les migrants perdent accidentellement leur vie sur des bateaux surchargés ou lorsqu’ils tentent de passer des frontières isolées, je ne connais aucun autre pays où autant de migrants non armés (…) semblent se faire tuer délibérément par les forces de l’ordre», a lancé Mme Pillay dans un communiqué.

«Cette situation est déplorable, et le nombre élevé de victimes suggère qu’au moins quelques responsables égyptiens de la sécurité ont pratiqué une politique du “tirer pour tuer”» a-t-elle estimé, ajoutant que «60 tués pouvaient difficilement passer pour un accident».

La plupart de migrants tentant de passer depuis l’Égypte la frontière vers Israël proviennent de l’Afrique sub-saharienne, principalement de l’Érythrée, du Soudan et de l’Éthiopie, selon l’ONU.

Le dernier migrant a été tué le week-end dernier dans le désert du Sinaï en essayant de rejoindre Israël, portant le nombre de morts à neuf pour les seuls deux premiers mois de l’année.

«Le gouvernement égyptien devrait immédiat ordonner à ses forces de sécurité de seulement utiliser leurs armes dans le strict cadre des conventions internationales», a demandé Mme Pillay.

La Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a également appelé à mener «une enquête indépendante et crédible sur ces tueries».[1]


[1] on notera avec intérêt que, s’agissant de l’Égypte, la représentante de l’ONU demande (avec raison) “une enquête indépendante et crédible”, ce qui suggère qu’elle estime (avec raison) qu’une enquête ne peut être crédible sans être indépendante (en l’espèce : indépendante du gouvernement égyptien). Mais, dans le cas du “rapport Goldstone”, on se contente de réclamer “une enquête crédible” sans préciser qu’elle doit être menée de manière indépendante (du gouvernement israélien). C’est que personne n’oserait insinuer que les enquêtes menées par Israël ne sont pas rigoureusement impartiales et exemptes de toute arrière-pensée politique, n’est-ce pas ! – NDLR

Print Friendly, PDF & Email