L'actu

Le Tour d’Italie, un événement cycliste mondial censé colporter la propagande israélienne

19 septembre 2017

La célèbre course cycliste italienne va servir les efforts de propagande d’Israël en vue de blanchir sa politique d’oppression à l’encontre des Palestiniens.

La conférence de presse du Tour d’Italie à Jérusalem, le 18 septembre 2017.

19 septembre 2017 – Hier, lors d’une conférence de presse commune à Jérusalem, la ministre israélienne de la Culture et du Sport, Miri Regev, et son homologue italien, Luca Lotti, ont confirmé leur intention de faire démarrer le Tour d’Italie (Giro d’Italia) 2018, l’un des principaux événements cyclistes mondiaux, en Israël en mai prochain. Il est donc prévu que la course débute à Jérusalem, avec des étapes qui la mèneront de Haïfa à Tel-Aviv, et une autre encore qui traversera la Neguev.

Lors de cette conférence de presse, des hauts responsables israéliens ont déclaré que la course, organisée par le consortium médiatique italien RCS MediaGroup, « célébrera » le 70e anniversaire de la création d’Israël.

Sharaf Qutaifan, de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), a déclaré :

« Faire débuter le Tour d’Italie en Israël récompense effectivement Israël de ses décennies de violations des droits de l’homme contre le peuple palestinien, y compris ses athlètes. Israël a bombardé des terrains de sport palestiniens, arrêté, emprisonné et assassiné des athlètes palestiniens, mis à sac des associations sportives palestiniennes et détruit des terrains de jeux dans une impunité totale. Organiser cette course en Israël va à l’encontre des idéaux et principes du sport.

« En travaillant avec le gouvernement israélien afin de  »célébrer » le 70e anniversaire d’Israël, les organisateurs de la course, RCS MediaGroup, vont en effet célébrer 70 années de dépossession palestinienne. Notre Nakba, ou  »catastrophe », a débuté en 1948, lorsque quelque 800 000 Palestiniens autochtones ont été chassés de force de leurs foyers et elle se poursuit aujourd’hui avec la politique israélienne de transfert forcé systématique, de démolitions de maisons et de refus du droit au retour des réfugiés palestiniens, droit pourtant décrété par l’ONU.

« Prétendre que cette course va en quelque sorte  »unir » est absurde et constitue un affront pour les Palestiniens forcés depuis des décennies de participer à cette mortelle course d’obstacles organisée par Israël, avec ses bombes, ses balles, ses check-points, ses blocages routiers et ses murs et clôtures.

« La décision de RCS Media Group d’organiser cette course en Israël en fait un complice des violations par Israël des droits de l’homme des Palestiniens et elle servira les efforts de propagande d’Israël en vue d’utiliser cette course pour blanchir sa politique d’oppression envers les Palestiniens.

« Lors de la conférence annonçant l’événement, les ministres israéliens ont à plusieurs reprises présenté Jérusalem comme la capitale d’Israël, ce qui va à l’encontre du consensus international.

« Pourquoi RCS MediaGroup utilise-t-il cette course pour dissimuler la politique d’occupation et d’apartheid d’Israël ? »

Israël va débourser une somme estimée à 12 millions d’euros, pour cet événement, y compris 4 millions d’euros qui seront directement versés à RCS MediaGroup pour les droits d’accueil. Cela fait partie des tentatives israéliennes d’améliorer sa peu flatteuse image de marque auprès de l’opinion publique mondiale. Un récent sondage de la BBC a présenté Israël comme le quatrième État le moins populaire dans le monde.

Derrière les efforts de faire débuter la course en Israël, on trouve l’Académie cycliste d’Israël (ICA), fondée il y a trois ans tout juste et soutenue par le milliardaire canadien Sylvan Adams. Hier, lors de la conférence de presse de l’ICA, Adams a déclaré ouvertement qu’une « mission » de l’équipe cycliste israélienne consistait à agir en qualité d’ambassadrice d’Israël. L’ICA opère en partenariat avec le ministère israélien du Tourisme, qui s’est beaucoup employé à attirer des célébrités et des personnages influents en Israël.

Toutefois, un nombre croissant de célébrités, allant de grandes vedettes du football américain à des nominés aux Oscars, prennent leurs distances vis-à-vis de ces efforts de propagande destinés à améliorer l’image de marque d’Israël et à blanchir ses violations des droits de l’homme des Palestiniens.

Qutaifan de conclure :

« RCS MediaGroup devrait déplacer la course ailleurs et respecter son obligation de ne pas aider ou favoriser les graves violations par Israël des lois internationales et des droits de l’homme des Palestiniens. RCS aurait-il organisé une course débutant en Afrique du Sud quand elle était sous apartheid ?
« En tant que Palestiniens, notre ligne d’arrivée est la liberté, la justice et l’égalité pour tous. Nous n’aurons de cesse de la franchir. »

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été lancée en 2004 afin de contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité des Palestiniens. PACBI prône le boycott des institutions académiques et culturelles d’Israël, étant donné leur complicité profonde et persistante dans le refus par Israël de reconnaître des droits aux Palestiniens, comme le stipule le droit international. Visitez le site de PACBI et suivez-nous sur Twitter : @PACBI


Publié le 19/9/2017 sur BDS Movement
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Giro d’Italie : Agissez maintenant pour pousser les organisateurs à respecter le droit international et à déplacer la course. – Pour la Palestine
  2. Action – Ne pédalez pas pour l’Apartheid israélien – Pour la Palestine

Les commentaires sont fermés.