Dans l'actu

Le symbole de la perpétuité réelle en France est libanais !

Communiqué Ligue des Droits de l’Homme de la Gironde

Georges Ibrahim Abdallah a été condamné pour complicité dans deux assassinats politiques qui ont eu lieu en France en 1982, en réaction à l’occupation militaire de son pays, le Liban. Détenu depuis le 24 octobre 1984, il a été condamné, en février 1987, à perpétuité avec une peine incompressible jusqu’à 1999. Il a aujourd’hui purgé sa peine, il est libérable depuis près de dix-huit ans et les juges des libertés ont déjà fait droit à ses demandes de libération. Pourtant, il est toujours en prison à Lannemezan (65) en France.

Le Conseil Constitutionnel comme la Cour européenne des droits de l’homme prônent que tout homme doit pouvoir espérer une sortie de détention. Georges Ibrahim Abdallah doit en bénéficier.

Georges Ibrahim Abdallah a passé plus d’années de sa vie en détention qu’en liberté. Sa 34ème année de détention se termine. Georges Ibrahim Abdallah doit pouvoir retourner auprès des siens au Liban, où il est attendu.

Aux mouvements sociaux et de défense des droits de l’homme, de faire qu’il ne soit pas oublié et de pousser le pouvoir politique à prendre la décision de sa libération. Nous ne laisserons pas Georges Ibrahim Abdallah devenir ce triste symbole de la perpétuité réelle, la perpétuité à vie en France.

Le maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah peut être considéré comme un acte arbitraire. La LDH demande la mise en liberté de Georges Ibrahim Abdallah.

Comme chaque année, le samedi 20 octobre 2018, un rassemblement demandera sa libération devant la prison de Lannemezan (65) où Georges Ibrahim Abdallah est détenu. La LDH sera présente et appelle les amis des droits de l’homme à y participer.

Cette année, la section locale de Lannemezan de la Ligue des droits de l’homme (LDH) a organisée un rassemblement, dans le cadre des 120 ans d’existence de la LDH. Devant une centaine de personnes, Yvette Lesage, la présidente de la section de Lannemezan, n’a pas manqué de souligner : «Lorsque l’actualité l’impose, nous mettons sur pied des actions citoyennes pour tenter d’influencer concrètement une situation non respectueuse des droits humains. De ce fait, nous luttons pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah et nous serons présents lors de la manifestation prévue le 20 octobre, à Lannemezan».

Publié le 4/10/2018 sur La Dépêche    

Trouvez ici d’autres articles concernant Georges Abdallah, publiés sur ce site

Print Friendly, PDF & Email