L'actu

Le sergent meurtrier Elor Azaria fait appel, ses avocats démissionnent [MàJ : appel de l’accusation]

Les avocats du sergent franco-israélien Elor Azaria, condamné à 18 mois de prison par un tribunal militaire pour le meurtre de sang froid du Palestinien Abdel Fattah al-Charif, alors que celui-ci était blessé et ne pouvait représenter aucun danger qui quiconque, à Hébron le 24 mars 2016, se sont retirés du dossier après sa décision de faire appel. Azaria a été jugé pour “homicide”, ayant échappé à l’accusation d’“assassinat” en dépit de la preuve flagrante que constituait la vidéo des événements, démontrant à la fois qu’aucun militaire israélien n’était menacé –  Abdel Fattah al-Charif gisait au sol et se vidait de son sang, immobile, sans recevoir aucune assistance médicale (Azaria lui-même appartenait au service de santé de l’armée d’occupation) – de quoi que ce soit et du caractère parfaitement délibéré et prémédité du crime.

Les avocats d’Azaria ont publié un communiqué dans lequel ils rappellent qu’il avaient travaillé “jour et nuit avec une détermination sans faille” pour obtenir “un résultat fantastique, sinon impossible” au bénéfice du sergent meurtrier. Les avocats ajoutent qu’il considèrent certes que le verdict était injuste (Azaria devait être déclaré innocent), mais qu’ils ont la conviction d’avoir été aussi loin qu’il était possible pour le défendre utilement.

MISE A JOUR LE 7 MARS 2017 :

L’accusation a fait appel à son tour, estimant la peine prononcée en première instance “trop indulgente”.

« Les procureurs estiment que la peine infligée à l’accusé est trop indulgente et pas en adéquation avec le niveau de punition qui est acceptable et approprié aux actes de l’accusé« , selon le texte de l’appel dont l’AFP s’est procuré une copie.

Azaria devait commencer à purger sa peine de 18 mois de prison à partir du 6 mars, mais une cour d’appel avait accepté la demande de la défense de repousser son emprisonnement jusqu’à ce que la cour d’appel tranche. Il est consigné sur sa base jusqu’à l’issue de la procédure.

Plusieurs autres articles ont déjà été consacrés à cette affaire.

Print Friendly, PDF & Email