Dans l'actu

Le parlement israélien adopte une loi pour accélérer le nettoyage ethnique à Jérusalem

Le parlement israélien a adopté mercredi une loi qui permet au Ministre de l’Intérieur d’Israël, Aryeh Deri (leader du parti ultra-orthodoxe fanatique Shas), de retirer le statut de résident permanent de Jérusalem-Est à tout Palestinien impliqué, selon lui, dans des “activités anti-israéliennes” et d’expulser toute personne dont le statut de résident permanent été révoqué. La volonté d’accélérer le nettoyage ethnique de Jérusalem est manifeste.

Ce projet de loi était soutenue par le gouvernement Netanyahou. Il prévoit trois types de situations dans lesquels le Ministre de l’Intérieur israélien 1 peut désormais retirer le statut de résident permanent : si la personne concernée a fait de fausses déclarations pour obtenir le statut de résident permanent, si elle a “mis en danger la sécurité publique” ou si elle s’est rendue coupable de “déloyauté envers l’État d’Israël”.

La loi s’applique à tous les résidents permanents de Jérusalem-Est, qu’ils soient des immigrants récents ou des résidents de longue date. En vertu de la nouvelle loi, le ministre de l’Intérieur doit accorder un statut alternatif à une personne dont la résidence a été révoquée si l’individu ne peut pas être réinstallé de façon permanente dans un autre pays.

Hanan Ashrawi, membre éminente de l’OLP, a qualifié cette loi d ‘«acte extrêmement raciste». «En révoquant le droit de résidence des Palestiniens de Jérusalem et en privant les Palestiniens de leur droit de rester dans leur propre ville, le gouvernement israélien agit en violation du droit international et viole les droits de l’homme et les lois humanitaires internationales», a déclaré Ashrawi à l’agence de presse palestinienne officielle Wafa.

Les Palestiniens représentent 40% de la population de Jérusalem. Ils ne bénéficient que de 7% des permis de construire délivrés par les autorités israéliennes. Le nettoyage ethnique est un processus continu…

Cette loi a été élaborée après que la Haute Cour de Justice israélienne ait annulé la révocation, il y a plus de dix ans, du statut de résidence permanente de quatre habitants de Jérusalem-Est. En janvier 2006, Mohammed Abu Tier, Ahmad Attoun et Muhammad Totah ont été élus au Conseil législatif palestinien en tant que représentants du parti du Hamas. Le quatrième homme, Khaled Abu Arafeh, fut ministre des affaires de Jérusalem dans le gouvernement éphémère d’Ismail Haniyeh. Puis, le ministre de l’Intérieur Roni Bar-On a annulé leur résidence pour “déloyauté envers Israël”.

La Haute Cour avait jugé que Bar-On avait outrepassé ses pouvoirs en annulant le statut des personnes en question. Néanmoins, la Cour avait gelé la décision pendant six mois pour donner à la Knesset l’opportunité d’adopter une loi qui permettrait l’annulation de leur statut de résident. Telle est la logique israélienne : même quand le ministre a tort, il a quand même raison dès lors qu’il s’agit de nuire à la résistance des Palestiniens, quels qu’ils soient.

Le député Dov Khenin (Liste commune – représentant de la minorité palestinienne d’Israël) a estimé que la mécanisme créé par cette loi “amènera les habitants de Jérusalem Est dans le pire des mondes possibles. Les habitants de Jérusalem-Est n’y vivent pas parce qu’ils ont choisi d’être Israéliens mais parce que c’est leur foyer. Vous créez en effet une obligation de loyauté envers les personnes pour lesquelles il n’y a aucun lien de loyauté entre eux et l’Etat d’Israël”. De fait, les Palestiniens de Jérusalem-Est ne sont pas allés s’installer en Israël, c’est Israël qui s’est invité chez eux en 1967 par la force des armes…

Le député Esawi Freige (Meretz – gauche israélienne) a pour sa part estimé que “depuis 1967, il y a eu une campagne permanente pour vider Jérusalem-Est de ses résidents palestiniens. Nous constatons cela avec l’entrée de la police des frontières dans les quartiers, avec l’attitude des institutions gouvernementales, et avec des lois comme celle-ci, qui envoient au diable les droits de l’homme et le droit international”.

L.D.      


Sources  : médias (Aljazeera, Haaretz,…). 

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]

1. Israël ayant annexé Jérusalem-Est, c’est le Ministre de l’Intérieur qui est compétent et non le Ministre de la Défense comme dans les autres territoires palestiniens occupés – NDLR