Dans l'actu

Le Ministre israélien Yisrael Katz aimerait exécuter les prisonniers en grève de la faim

Selon “The Times Of Israël”, le Ministre israélien du renseignement Yisrael Katz – celui-là même qui il y a un an agitait la menace de l’élimination physique des militants de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) et qui après les attentats qui ont endeuillé la Belgique avait cru devoir faire des déclarations ignobles – a réagi à la grève de la faim des prisonniers palestiniens en affirmant que si Israël leur avait appliqué la peine de mort le problème ne se poserait pas aujourd’hui. 

Yisrael Katz a estimé que Marwan Barghouti aurait dû être exécuté et non condamné à la prison à vie. Le Ministre Katz paraît ignorer (?) que si Barghouti est vivant c’est parce qu’une tentative d’assassinat contre lui dont il a été victime en 2001 a échoué, le missile de l’armée qui le visait ayant raté sa cible.

Lorsqu’un meurtrier méprisable comme Barghouti proteste en prison pour obtenir une améliortation des conditions de détention, lorsque les proches de ceux qu’il a assassinés sont toujours dans la peine, il n’y a qu’une solution : la peine de mort – la peine de mort pour les terroristes”, a déclaré mardi Yisrael Katz. Il a souligné par ailleurs que la loi actuellement en vigueur permet d’appliquer la peine de mort à des “terroristes condamnés”, mais que les procureurs se sont systématiquement abstenus de réclamer ce châtiment.

La peine de mort n’a plus été appliquée en Israël à la suite d’un jugement depuis 1962, et il s’agissait alors de l’officier nazi Adolf Eichmann, déclaré coupable d’avoir joué un rôle capital dans la mise en œuvre du judéocide nazi (l’État d’Israël s’arrogeant donc le droit de juger des crimes commis à une époque où il n’existait pas encore).

Évidemment, depuis cette époque Israël a appliqué à des centaines de reprises contre des Palestiniens la peine de mort sans mise en accusation ni jugement, et la liste des victimes ne cesse de s’allonger. Dans les rares cas où les auteurs sont poursuivis, soit ils sont acquittés soit les peines prononcées sont ridiculement dérisoires .

Le fasciste Gilad Erdan en grande conversation avec le Ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA).

En 2015, la Knesset a repoussé une proposition du parti Yis­rael Beytenu qui visait à donner aux juges la possibilité de prononcer la peine de mort contre des “terroristes”.  Netanyahou n’avait pas soutenu cette proposition, contrairement à l’actuel Ministre de la Défense, Avigdor Lieberman (dont les compétences incluent la gestion de l’occupation des territoires palestiniens).

A défaut de l’exécuter, Israël a transféré Marwan Barghouti dans une autre prison, où il a été placé à l’isolement, afin de tenter de briser le mouvement des prisonniers. Barghouti sera par ailleurs puni pour avoir publié une tribune dans le New York Times, car Israël interdit aux personnes incarcérées de s’exprimer dans la presse.

Le Ministre de la sécurité publique Gilad Erdan, a quant à lui exclu toute négociation avec les prisonniers en grève de la faim. 

Ce sont des terroristes et des meurtriers incarcérés qui n’ont que ce qu’ils méritent, et il n’y a aucune raison de négocier avec eux” a déclaré Erdan. Il a justifié le placement de Marwan Barghouti à l’isolement car “appeler les prisonniers à faire la grève de la faim est contraire au règlement de la prison”. 

La journaliste Julie Eltes a rapporté sur Twitter que Benjamin Netanyahu a estimé que «qualifier Barghouti de “leader politique” c’est comme appeler Assad un “pédiatre”… Ce sont des meurtriers et des terroristes».

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email