L'actu

Le contribuable israélien va financer “le renforcement de l’identité juive et de la fidélité à Israël” dans des écoles et les universités à l’étranger

Le gouvernement israélien se prépare à subventionner des écoles juives à l’étranger dont il estime qu’elle ne remplissent pas leur mission en ce qui concerne “le renforcement de l’identité juive et l’engagement vis-à-vis d’Israël” de leurs élèves. Sont en premier lieu concernées, selon Judy Maltz (Haaretz), les écoles situées en Afrique du Sud et en Europe. 

C’est le Directeur général du “Ministère de la Diaspora” qui a fait cette annoncé à la Knesset (le parlement israélien) la semaine dernière, devant la “commission pour l’immigration, l’absorption et la diaspora”. Chaque école juive qui bénéficiera de ce soutien financier du gouvernement israélien recevra un ensemble de services et de matériel pédagogique d’une valeur estimée à 150.000 dollars par an, pendant cinq ans. Cela représente donc 750.000 dollars par école. Il n’y aura toutefois de pas de versement en “cash”.

Le directeur général du ministère a indiqué aux députés que le “retour juif sur investissement” (selon sa propre expression) sera surveillé de très près, et que les critères principaux seront “la proportion de mariages mixtes parmi les élèves diplômés” (autrement dit, les Juifs ayant étudié dans les écoles subventionnées épouseront-ils toujours autant des non-Juifs/Juives ?), ainsi que “leur niveau d’engagement avec la communauté juive locale dans la diaspora et envers Israël”.  Il a regretté qu’actuellement il n’y a souvent pas, de ces points de vue, de différence significative entre les jeunes Juifs ayant fait leurs études sans une école juive et les autres.

La priorité sera donnée à l’Europe et à l’Afrique du Sud, parce que – selon le directeur général – les écoles juives de Grande-Bretagne et des États-Unis sont globalement “plus efficace pour ce qui est d’inculquer des valeurs juives et sionistes” à leurs élèves.

Le grand rival politique de Benjamin Netanyahou au sein du gouvernement, à savoir le Président du parti orthodoxe d’extrême-droite Habayit HayehudiNaftali Bennett est à la fois Ministre de l’éducation et ministre des affaires de la diaspora. Il ne ménage pas ses efforts pour introduire, par tous les moyen, un enseignement plus proche vœux des religieux dans les écoles publiques israéliennes. Il a expliqué devant les députés que “Israël n’est plus un pays pauvre” et qu’il est donc normal qu’il consacre des moyens à “soutenir les communautés juives de par le monde”. Il a d’ailleurs rappelé, indique Harretz, que des millions de dollars ont déjà été consacrés déjà à un programme pluriannuel baptisé “Mosaic United” pour “renforcer l’identité juive sur les campus universitaires à l’étranger

 

Print Friendly, PDF & Email