Dans l'actu

L’Autorité palestinienne réprime sévèrement une manifestation à Ramallah

Cette nuit, à Ramallah, il y a eu une nouvelle manifestation de solidarité avec Gaza et contre les sanctions appliquées par l’AP à la bande de Gaza.

L’AP a collaboré efficacement avec Israël pour étouffer la population palestinienne de Gaza sous blocus et ce, via des coupures dans la fourniture d’électricité et, récemment, une réduction de moitié des salaires de ses employés à Gaza (de 400 $ à 200 $ par mois, voire rien du tout). alors que ces salaires constituent une source importante de revenus, pour Gaza, où l’économie est au point mort.

La stratégie machiavélique de l’AP consiste à rendre l’existence à Gaza insupportable, de sorte que les  Gazaouis pourraient se retourner contre le Hamas et le renverser via une insurrection populaire. Cette politique a non seulement été inefficiente, mais aussi d’une cruauté incroyable.

Il n’y a pas que Gaza. Depuis les accords d’Oslo, l’AP n’a cessé d’opérer en Cisjordanie aussi comme un sous-traitant de l’occupation israélienne. Elle transmet tous ses renseignements aux Israéliens.

Aujourd’hui, les hommes de main de l’AP, tant en uniforme qu’en civil, ont agi avec une violence inimaginable contre les manifestants parce qu’ils scandaient des slogans de solidarité avec Gaza ou tout simplement le mot « liberté ».

Les manifestants étaient pacifiques. Et donc très braves. Je ne sais pas comment on peut se trouver en face de ces hommes de main et chanter la liberté et la dignité.

Ils ont battu des filles, des personnes âgées. Des combis de la police allaient et venaient systématiquement, remplis de manifestants arrêtés.

Chaque coin de rue était infesté de policiers en civil. Quelqu’un a dit qu’ils étaient au moins 2000, ces policiers en civil.

Il y avait également des miliciens en civil du Fatah qui cognaient sur les gens et les poussaient dans les combis de la police.

Ils ont arrêté plusieurs journalistes étrangers. Ils ont même arrêté des gens à l’hôpital.

Je suis parvenu à prendre ces photos, mais il faisait noir et mes mains tremblaient tellement.


Témoignage et photos de Ramallah d’A.L. sur FB
Traduction : Jean-Marie Flémal

 

 

Print Friendly, PDF & Email