Dans l'actu

EU : l’ Association nationale des études féministes vote pour le BDS

nwsa

Un nombre sans précédent de membres de l’Association nationale des études féministes (National Women’s Studies Association – NWSA) (*) a voté le soutien à deux recommandations.

La première recommandation, élaborée par les  Féministes pour la justice en/pour la Palestine (FJP), et un groupe ad hoc créé à Porto Rico à la NWSA 2014, exhorte l’Association à rejoindre le mouvement international de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), et s’appuie sur les réseaux féministes transnationaux, intersectionnels, pour mettre l’accent sur « un sentiment indivisible de la justice ». Le vote sur cette question fait suite à une déclaration de solidarité publiée par la NWSA début 2015, en réponse à l’engagement fort de membres pour le BDS, à la conférence de la NWSA de 2014 à Porto Rico.

La seconde recommandation, développée par le Groupe pour les intérêts des enseignants en situation de précarité, préconise toute une gamme de soutiens que la NWSA doit reprendre au nom des membres en situation de précarité au sein de l’organisation, et dans le domaine des Études féministes : elle met l’accent sur l’importance disproportionnée de l’emploi précaire dans l’enseignement supérieur pour les femmes et les gens de couleur.

La présidente de la NWSA, Vivian May, a déclaré « Le choix du vote électronique, approuvé par le conseil d’administration à sa réunion de juin 2015, s’inscrit dans un plan stratégique plus vaste visant à augmenter la participation des membres, à répondre aux besoins sur le terrain, et à tirer parti de deux engagements pris il y a longtemps à la NWSA : encourager le processus démocratique et se saisir des questions clés de l’injustice et de l’inégalité ».

Voici un aperçu global des résultats :

35 % des membres NWSA ont voté.

88,4 % des votes se sont exprimés en faveur de la recommandation pour le BDS, soit un total de 653 voix pour le soutien.

97,2 % des votes se sont exprimés en faveur de la recommandation pour le personnel enseignant en précarité, soit un total de 730 voix pour le soutien.

Le vendredi 27 novembre, le comité exécutif de l’Association nationale des études féministes, agissant au nom du conseil d’administration, a voté l’approbation des deux recommandations. Le texte principal de la première recommandation, en soutien du BDS, a été approuvé dans son intégralité.

Le comité exécutif a été unanime dans son accord que les questions concernant le personnel enseignant en situation de précarité sont opportunes et cruciales : le comité a voté en faveur de la publication d’une déclaration publique en soutien au personnel enseignant précaire, début 2016, qui mette en lumière de quelle façon les questions de l’emploi précaire dans l’université et dans le domaine des Etudes féministes sont des questions centrales pour l’organisation et pour l’université. Le comité exécutif propose que le personnel de la NWSA œuvre avec des membres du groupe d’intérêts pour mettre en application les points 2 à 4 de la recommandation, et il encourage les enseignants universitaires en situation de précarité à postuler dans les organismes de direction (Member-at-Large) et pour d’autres sièges au conseil d’administration, comme le permet le règlement intérieur de la NWSA.

« Nous avons été vraiment emballés en voyant une augmentation aussi spectaculaire dans la participation de nos membres, avec 35 % des membres de la NWSA votant sur les questions d’actualité, et une augmentation de 25 % du taux de participation comparé aux élections du printemps 2015, où il y eut 10 % de votants », indique la présidente de la NWSA, Vivian May. Et elle poursuit, « alors que nous nous dirigeons vers nos élections pour le conseil d’administration au printemps 2016, nous sommes certains de profiter de ce moment historique ».

Et May de conclure, « ce taux de participation jamais vu est un moment important pour la NWSA. Notre domaine est dynamique et vivant, et, plus important encore, en tant qu’universitaires, éducateurs et militants féministes, les membres de la NWSA s’emparent de certaines des questions les plus pressantes de notre époque ».


(*) La plus grande association féministe dans les universités américaines

Publié le 27 novembre sur NWSA (National Women’s Studies Association)

Traduction JPP pour l’AURDIP

Print Friendly, PDF & Email