Dans l'actu

L’apartheid de l’eau de Gaza et à Flint – Les combats pour la justice finissent toujours par se rejoindre

David Cronin

À première vue, la nature de la crise de l’eau qui sévit à Gaza et au Michigan semble très différente. Le réseau hydrographique de Gaza a été bombardé à de fréquentes reprises par Israël. Malgré leurs nombreux problèmes, les gens de Flint et de Detroit ont été épargnés par cette brutalité directe.

Une femme en quête d’eau après qu’Israël a bombardé sa maison lors de l’agression contre Gaza en 2014. (Photo : Ezz Zanoun APA images)

Cela dit, pourquoi les femmes de Gaza ont-elles alors adressé un message de compassion aux femmes de Flint au début de ce mois ?

La réponse est simple : les deux communautés tentent de réclamer des comptes au pouvoir à propos de la façon dont l’eau, si nécessaire à leurs familles, a été contaminée.

La lettre de Gaza à Flint – signée par diverses activistes, dont l’éminente Dr Mona el-Farra – mentionne qu’Israël contrôle l’eau palestinienne. L’occupation israélienne vole l’eau de la nappe aquifère côtière qui constitue la principale source d’eau de Gaza, empêche les Palestiniens de construire des stations d’épuration et les force à acheter de l’eau à des prix qu’ils ne peuvent se permettre.

À Flint, les citoyens ordinaires ne bénéficient pas non plus de la moindre souveraineté, quand il s’agit de l’eau.

Ces dernières années, Rick Snyder, le gouverneur du Michigan, a désigné une série de « managers de crise » – des technocrates non élus, dotés du pouvoir de privatiser des biens publics, d’invalider des contrats associatifs et de mettre à mal la démocratie locale.

En 2014, Darnell Earley, l’un de ces managers de crise, a décidé que Flint devrait désormais utiliser l’eau de la rivière Flint. Et ce, en dépit du fait que les autorités du Michigan avaient estimé que l’eau de la rivière était absolument impropre à la consommation. .

Empoisonnement du sang

La décision a eu des effets rapides. Les riverains se sont plaints que l’eau du robinet était décolorée et désagréable au goût. Une équipe de chercheurs de Virginia Tech confirmait par la suite que l’eau de Flint était polluée.

Par exemple, le taux de plomb détecté dans certains échantillons était de 13 000 ppm (particules par milliard), alors que l‘Environmental Protection Agency recommande que la présence de plomb dans l’eau ne dépasse pas an 15 ppm.

Dans la ville de Flint, le nombre d’enfants présentant dans le sang des taux de plomb supérieurs à la moyenne a quasiment doublé. Dans les zones à « haut risque », il a triplé.

_khan_yunis_water_treatment_facility3Les habitants de Gaza sont confrontés à des problèmes similaires.

En 2014, il s’est avéré qu’entre 90 et 95 pour 100 de la distribution d’eau de Gaza était impropre à la consommation. L’Autorité palestinienne responsable de l’eau a estimé que la nappe aquifère dont Gaza est tributaire était gravement polluée aux pesticides et aux eaux usées non épurées.

Un symptôme de racisme

Les Palestiniens vivent sous un régime d’apartheid. Et les impacts de l’apartheid sont particulièrement prononcés, une fois qu’il s’agit de l’eau.
Alors que les colons israéliens de la Cisjordanie aride peuvent jouir de la vue d’étendues florales bien irriguées et se baigner à loisir dans des piscines tout au long de l’année, les Palestiniens ont accès à beaucoup moins d’eau potable que les niveaux recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La crise de l’eau au Michigan est également un symptôme de racisme institutionnalisé.

Snyder et ses prédécesseurs ont surtout imposé des managers de crise dans les villes comptant une importante population de couleur, dont Detroit et Flint.

En 2013, The Atlantic rapportait que les cinq villes du Michigan alors sous management économique ne comptaient que 9 pour 100 des habitants de l’État. Pourtant, la moitié de la population de couleur du Michigan vivait dans ces cinq villes.

Dans un article publié par The Nation le mois dernier, Juan Cole affirmait que, de même que les habitants de Flint « se voyaient refuser l’accès à un service élémentaire comme l’eau potable suite à des décisions de bureaucrates qu’ils n’avaient pas élus, les Palestiniens de Gaza se voyaient refuser leurs droits élémentaires de citoyenneté ».

Le droit à l’eau a été reconnu par les Nations unies. Pourtant l’idéologie dominante traite l’eau comme une marchandise.

Il n’est que naturel que des alliances se soient constituées entre les défenseurs du droit à l’eau de différentes villes et pays.

Ces dernières années, sous les pressions de ses maîtres à Bruxelles et autres capitales de l’UE, le gouvernement de mon Irlande natale a essayé de céder le contrôle de l’eau à une société privée. La bataille pour l’abolition d’Irish Water (c’est le nom de la société) a bénéficié du soutien d’activistes du Michigan, de Bolivie et d’Espagne.

Pas mal d’activistes de la campagne du droit à l’eau en Irlande font également partie du mouvement de solidarité avec la Palestine. L’un de ces activistes, Gino Kenny, a été élu au Dáil Eireann, la Chambre basse (celles des députés, NdT) du Parlement national. Lorsque son élection a été confirmée en février dernier, il a fêté l’événement en agitant un drapeau palestinien.

Le geste a été hautement apprécié par les Palestiniens – et cela n’a rien d’étonnant. Les combats pour la justice finissent toujours par se rejoindre.

Recherches additionnelles : Jimmy Johnson.


Publié le 18 mars 2016 sur The Electronic Intifada
Traduction : Jean-Marie Flémal.

D_CroninDavid Cronin est l’auteur de Europe’s Alliance With Israel: Aiding the Occupation (Pluto Press, 2011 – L’Alliance de l’Europe avec Israël contribue à l’occupation). Il a écrit des articles pour de nombreuses publications, dont The Guardian, The Wall Street Journal Europe, European Voice, the Inter Press Service, The Irish Times and The Sunday Tribune. En tant qu’activiste politique, il a tenté d’appliquer un état d’ « arrestation citoyenne »  à Tony Blair et Avigdor Lieberman pour crimes contre l’humanité.

D’autres articles de David Cronin, où parlant de lui, publiés sur ce site

 

Print Friendly, PDF & Email