Dans l'actu

L’année de solidarité de l’ONU avec le peuple palestinien débute par un succès du boycott

En novembre dernier, l’Assemblée générale des Nations unies a désigné 2014 comme Année internationale de solidarité des Nations unies avec le peuple palestinien.

L’année 2014 n’a encore que trois semaines que le mouvement BDS a déjà montré, une fois de plus, qu’il représente une forme de plus en plus efficace de solidarité avec la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l’égalité.

Au début janvier, le célèbre chanteur norvégien Moddi annonçait qu’il annulait son spectacle à Tel-Aviv, par respect pour l’appel palestinien au boycott culturel d’Israël et suite à des appels émanant d’activistes à Gaza.

Le 8 janvier, les activistes de la campagne aux États-Unis fêtaient le fait que Veolia avait loupé un contrat de 4,5 milliards de dollars à Boston suite à une campagne véhémente dénonçant la livraison par la société d’infrastructures à des colonies israéliennes illégales.bds_532x309

Le 13 janvier, suite à une décision faisant potentiellement office de précédent, le fonds de pension hollandais PGGM annonçait qu’il reprenait ses investissements dans 5 des principales banques israéliennes en raison de leur profonde implication dans les violations par Israël des lois internationales. Le fonds gère les pensions de 2,5 millions de personnes. Des comptes rendus médiatiques suggèrent aujourd’hui que d’autres banques européennes envisagent des démarches similaires.

Le commencement de l’année 2014 a aussi fourni de nouvelles preuves de l’impact des BDS. Des hommes politiques israéliens ont de nouveau exprimé leurs craintes croissantes quand au développement des BDS et la ministre de la Justice, Tzipi Livni, a déclaré qu’ils progressaient de façon « exponentielle ». Des colons israéliens dans la vallée du Jourdain se sont plaints que des revendeurs en Europe occidentale refusaient de plus en plus d’acheter leurs produits, ce qui nuisaient à leur rentabilité et, ces derniers jours, le mouvement BDS a été particulièrement diabolisé dans les médias traditionnels israéliens.

Ces développements significatifs, si tôt dans l’année, succèdent à une année 2013 pendant laquelle le mouvement BDS a encore progressé au sein de la vie politique courante et a vu des institutions majeures rallier le boycott, comme le montre notre rétrospective pour 2013 des succès et évolutions du mouvement BDS. Parmi certains des succès les plus importants de 2013, rappelons :

  • La firme de sécurité G4S a été confrontée à des critiques internationales sans cesse croissantes et a perdu pour des millions de dollars de contrats avec des organismes publics de l’Afrique du Sud et de nombre de pays européens, en raison de son rôle dans la fourniture de services aux check-points et aux colonies d’Israël, ainsi qu’aux prisons où sont détenus sans jugement et torturés des prisonniers politiques palestiniens.
  • La multinationale française Veolia a perdu des contrats pour des millions de dollars aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France et a annoncé qu’elle allait cesser complètement de gérer des lignes de bus pour les colons israéliens dans les territoires palestiniens occupés. Veolia travaille toujours au projet illégal du métro léger de Jérusalem.
  • Le physicien de renommée mondiale Stephen Hawking et des unions et associations académiques de toute l’Europe et des États-Unis ont décidé de frapper d’un boycott académique les institutions israéliennes.
  • Des dizaines de syndicats, d’organisations ecclésiastiques et d’associations estudiantines du monde entier ont répondu favorablement à l’appel palestinien aux BDS et ont rallié notre mouvement de plus en plus puissant et efficace.
  • Des banques et des fonds de pension en Europe et aux États-Unis ont retiré leurs investissements des sociétés qui tiraient des bénéfices de l’apartheid israélien, y compris Veolia et SodaStream.
  • L’Union européenne et les gouvernements hollandais, britannique et roumain ont adopté certaines des mesures en attente depuis longtemps et qui sont demandées par les États afin d’éviter la complicité dans la colonisation par Israël des terres palestiniennes occupées, y compris des mesures visant à faire cesser l’afflux européen de fonds, de main-d’œuvre et d’activités commerciales vers des entreprises installées dans les colonies israéliennes illégales.

Alors qu’il nous reste un long chemin à parcourir, le Comité national palestinien des BDS est on ne peut plus fier de la façon dont le mouvement BDS a pris de l’ampleur en 2013.

Au nom de nos organisations membres, nous remercions chacun de tous les activistes et organisations en campagne dont le dévouement et la façon experte et stratégique de mener campagne ont abouti à un développement de plus en plus inspiré du mouvement BDS tout au long de l’année 2013.

Cette année, il y aura dix ans que la Cour internationale de justice a décrété que le mur de l’apartheid d’Israël et ses implantations de colonies étaient illégaux, et que les pays du monde entier étaient légalement obligés de réclamer des comptes à Israël et de ne pas cautionner les violations par Israël du droit international.

La plupart des gouvernements internationaux sont cependant tenus d’obéir à ces directives et ils demeurent pourtant des complices actifs du système israélien d’occupation, de colonisation et d’apartheid. N’empêche que le mouvement BDS international et de masse s’avère de plus en plus capable de mettre un terme à cette complicité internationale avec l’apartheid israélien et de pousser des gouvernements, des sociétés et des institutions à entreprendre des actions.

Nous envisageons de travailler avec des activistes et des organisations de la société civile du monde entier afin de poursuivre l’expansion du mouvement BDS en tant qu’instrument vital dans la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité du peuple palestinien opprimé, y compris les réfugiés palestiniens en exil, les citoyens palestiniens d’Israël et ceux qui vivent sous occupation israélienne.


Publié sur BDS movement le 21 janvier 2014.
Traduction JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email