Dans l'actu

L’aéroport de Stockholm s’oppose aux méthodes israéliennes d’inspection sécuritaire des lignes aériennes

Zohar Blumenkrantz

L’aéroport suédois refuse d’autoriser les méthodes israéliennes d’inspection sécuritaire dictées par le Shin Bet, lesquelles comprennent un questionnaire fouillé sur le plan ethnique et sur celui du profil personnel.

Arkia doit cesser d’organiser des vols à destination de Stockholm du fait que l’aéroport international de la capitale suédoise refuse désormais d’autoriser les méthodes israéliennes d’inspection sécuritaire dictées par les services de sécurité du Shin Bet, annonçait TheMarker ce mercredi.

Ce faisant, l’aéroport de Stockholm rejoignait ceux de Malmö, en Suède, et de Copenhague en refusant d’autoriser les inspections sécuritaires israéliennes, qui impliquent un questionnaire fouillé sur le plan ethnique et sur celui du profil personnel ainsi que des inspections sélectives s’appuyant sur le degré perçu de risque pour la sécurité.

Cette année, Arkia, la seule compagnie aérienne israélienne ayant des vols à destination de la Suède, a dû transférer ses opérations vers Malmö et Stockholm après que le Danemark a refusé d’autoriser les procédures sécuritaires israéliennes dans ses aéroports l’été dernier. Arkia a choisi d’emmener ses passagers vers la Suède et de les transférer par voie terrestre au Danemark. Aujourd’hui, cette option n’existe plus non plus.

Les ministères des Affaires étrangères
et des Transports (israéliens) travaillent en compagnie du Shin Bet afin de résoudre le litige, tout spécialement du fait que les milliers d’Israéliens ont acheté des billets vers la région pour cet été.

« D’après les médias internationaux, il semble que d’autres pays européens agitant le drapeau des droits civiques et de l’égalité refuseront d’abonder dans le sens des requêtes israéliennes en matière de sécurité et que ce contre quoi j’ai lancé une mise en garde va se produire », a déclaré Gadi Tepper, le PDG d’Arkia. Cette dernière et d’autres compagnies aériennes israéliennes connaîtraient de sérieuses difficultés, si une bonne partie de l’Europe leur était interdite, a-t-il ajouté.

« Nous discutons avec les autorités responsables de la sécurité en Suède et dans d’autres pays où des problèmes sont apparus, afin de comprendre le sens des nouvelles restrictions imposées sur les vols israéliens », a déclaré le ministère des Transports, qui fait remarquer qu’il travaillait en compagnie du ministère des Affaires étrangères, de l’ambassade d’Israël à Stockholm et des autorités israéliennes responsables de la sécurité.

« Le ministère des Transports a l’intention de continuer à permettre aux compagnies israéliennes de voler vers toutes les destinations sans restrictions, tout en se chargeant de tous les aspects de la sécurité et de la sûreté », a-t-il dit également.


Article publié dans le journal Haaretz ce 19 avril 2012

Print Friendly, PDF & Email