Dans l'actu

La “seule démocratie du Proche-Orient” à l’œuvre : arrestation arbitraire d’un leader arabe israélien et censure des médias

Amir Makhoul, président de Itijjah, l’organisation mère des ONG Palestiniennes en Israel, a été enlevé de son domicile à Haïfa par la police et les services secrets israéliens, dont les agents sont entrés de force dans son habitation, à Haïfa, dans la nuit du 6 mai.  Devant sa femme et ses deux filles, il a été violemment embarqué.

Les journalistes israéliens ont reçu l’ordre de ne pas faire état de cet enlèvement et de son maintien en détention !

Amir Makhoul est une personnalité connue. Il est citoyen israélien. Mais à qui la grande démocratie israélienne devrait-elle rendre des comptes ?

Le Jerusalem Post, quotidien israélien de droite, évoque l’affaire à mots couverts : «(…) Un nouveau scandale a vu le jour sur des blogs et des sites Internet à l’étranger, mais ne peut être dévoilé en Israël».

«Notre principal objectif consiste à nous mobiliser en faveur de la liberté d’expression», a déclaré Kholod Massalha du Centre Ilam des Médias pour les Arabes palestiniens en Israël. «La censure est employée à chaque fois qu’un sujet de sécurité nationale est évoqué. C’est un réel affront à la liberté d’expression. Et cette affaire en question est largement diffusée à l’étranger mais ne peut pas être discutée en Israël», a-t-elle ajouté.

Le Centre Ilam des Médias a été créé en 2000 en vue de favoriser une meilleure couverture médiatique israélienne de la communauté arabe, précise Massalha. »

Dans “la seule démocratie du Proche-Orient”, les média peuvent donc évoquer les remous suscités par la censure qui les frappe à propos de l’arrestations arbitraire d’un homme, mais ils ne peuvent pas dire de quoi il s’agit…

Print Friendly, PDF & Email