Dans l'actu

La priorité des priorités de l’Organisation Sioniste Mondiale : la colonisation de la Cisjordanie

L’Organisation Sioniste Mondiale propose des logements à la location dans les colonies juives de Cisjordanie à des prix inférieurs de 20 à 30% à ceux qu’elle pratique pour ses logements situés à l’intérieur des frontières internationalement reconnues d’Israël.

Mobilhomes pour colons juifs à Ma’aleh Efraim (Août 2015). Ph. Moti Milrod

Haaretz et des ONG 1 ont utilisé la loi sur la “liberté de l’information” 2 pour obtenir des données relatives au parc de logements de l’Organisation Sioniste Mondiale, composé en partie de “mobilhomes” (des pavillons préfabriqués – voir photo). Selon les données obtenues par cette voie, 37% des “mobilhomes” de l’Organisation Sioniste mondiale sont situés en Cisjordanie (925 sur un total de 2.503), alors que ce territoire ne représente qu’une portion minoritaire des régions dans lesquelles l’organisme est chargé de développer le logement. En outre, selon le mouvement “Peace Now” certains d’entre eux ont été installés illégalement, en dehors des limites autorisées par les autorités 3.

Dans un article publié par Haaretz le 8 mai, Yotam Berger indique que les “mobilhomes” en question, en territoire palestinien occupé, constituent les logements les moins chers. Par exemple, dans la vallée du Jourdain, le conseil régional de Megilot près des régions septentrionales de la mer Morte, de Binyamin, des collines de Hébron et de Etzion – toutes en Cisjordanie – le prix du mètre carré est de 10,47 shekels (2,90 dollars). Par comparaison, le prix est de 13,08 shekels par mètre carré dans les régions de Galilée inférieure et occidentale, de Lakish et du Néguev occidental; tandis que sur les hauteurs du Golan 4, au sud du Néguev, en Arava et en Haute-Galilée, il est de 12,62 shekels par mètre carré.

La Justice israélienne a mis un terme à certains agissements douteux de cette “Division des implantations” et l’a contrainte à commencer à suivre les règles de la loi sur les marchés publics, qui exige des appels d’offres pour la quasi-totalité de ses contrats, ce dont elle se dispensait en s’abritant derrière son statut ambigu.

La moitié des revenus provenant de la location des logements est transférée au Ministère du Logement et de la Construction, et le solde est utilisé par la“Division des implantations” pour des frais de gestion et l’entretien du parc de logements.

La “Division des implantations”, qui est officiellement une unité de l’Organisation Sioniste Mondiale, mais qui dans la pratique dépend entièrement du gouvernement israélien, qui finance la totalité de son budget, assure qu’elle ne fixe pas elle-mêmes les loyers, mais que c’est le Ministère du logement qui a l’autorité pour le faire.

Deux choses sont cependant claires : d’une part l’interpénétration étroite entre l’Organisation Sioniste Mondiale et les services de l’État, qui se confondent ou se différencient selon ce qui les arrange le mieux en fonction des impératifs de propagande de l’instant…; et d’autre part la priorité absolue donnée en matière de logement à la colonisation accélérée de la Cisjordanie (d’où le recours intensif à des logements préfabriqués “provisoires”, qui permettent de créer un maximum de “faits accomplis sur le terrain” qu’il s’agit de rendre irréversibles, en un minimum de temps et avec un minimum de budget).

L.D.          

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]

1. Le “Movement for Freedom of Information” et “Peace Now” – NDLR
2. Cette loi permet, avec toutefois de nombreuses exceptions et de délais variables, d’obtenir des données et des documents des administrations publiques – NDLR
3. C’est de la législation israélienne qu’il s’agit, car en droit international toute implantation de colonie en territoire occupé est illégale, que le gouvernement du pays occupant l’autorise ou non – NDLR
4. Un autre territoire occupé, appartenant à la Syrie, qu’Israël a annexé. – NDLR