Dans l'actu

La Palestine envahie, aussi, par les ordures israéliennes (II)

La première partie de cet article est à lire ICI.

Le cas de la décharge de Tovlan (voir dans la première partie), exploitée par le groupe Véolia dans la vallée du Jourdain, est join d’être un cas unique.

En fait, les colonies juives de la Cisjordanie occupée, de la plus petite à la plus grande, comme celle de Ariel, balancent leurs détrutis et eaux usées, sans aucun traitement, dans l’environnement des villages palestiniens.  Et il ne s’agit pas que de rejets ménagers, mais aussi de rejets industriels (car évidemment si les entreprises israéliennes vont s’installer dans le territoire colonisé afin de payer la main d’oeuvre en-dessous du tarif légal, ce n’est pas pour ensuite se casser la tête avec des questions environnementales : il s’agit de faire un maximum de pognon, et tous les coups sont permis).

Le danger pour la population est aggravé par le déversement de déchets chimiques toxiques sur les terres agricoles, et des rapports fon,t état de l’apparition de maladies de la peau et des problèmes respiratoires dans les populations villegeoises concernées, dont le bétail est empoisonné.

La seule solution serait la création de stations d’épuration et/ou de canalisations pour l’évacuation des déchets liquides en question. Mais le gouvernement israélien a interdit à l’Autorité Palestinienne de construire les tuyaux et stations de pompage nécessaires.

Un reportage de Al Jazeera :

 

Print Friendly, PDF & Email