Dans l'actu

La majorité des Palestiniens opposée à la solution à deux États [sondage]

BETHLÉEM (Ma’an) – Une majorité de Palestiniens s’oppose désormais à une solution à deux États au conflit avec Israël, alors qu’un Palestinien sur trois croit que c’est toujours une solution pratique, a révélé un sondage ce lundi.

Le sondage, organisé par le Centre palestinien de politique et de recherche, estime que 51% des Palestiniens s’opposent aujourd’hui à une solution à deux États – ils n’étaient que 48% en juin – alors que 48% la soutiennent toujours.

En outre, 65% des Palestiniens ont déclaré qu’ils ne croyaient plus que la solution à deux États était une possibilité pratique en raison de l’expansion des colonies israéliennes illégales à travers tout le territoire palestinien occupé.

Le sondage estime que 32% seulement des Palestiniens croient toujours en la création d’un État palestinien indépendant

Pour ce sondage, le centre de recherche a questionné 1 270 adultes en aparté et estime que la marge d’erreur est de 3%.

Il révèle estime qu’une majorité écrasante de Palestiniens (85%) croient que l’aspiration à long terme d’Israël est « d’annexer les terres occupées en 1967 et de chasser leur population ou de leur refuser leurs droits », alors que 15% seulement croient qu’Israël a l’intention de se retirer des territoires occupés.

Dans le même temps, le soutien à la résistance armée à Israël a augmenté parmi les Palestiniens, passant de 36 % il y a trois mois à 42% aujourd’hui et il est surprenant de constater que 57% soutiennent aujourd’hui un retour à une Intifada armée, c’est-à-dire une insurrection.

Une majorité de 51% soutient également la dissolution de l’Autorité palestinienne, révèle le sondage.

Plus de 60% du territoire de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie occupées est contrôlé par les forces israéliennes et, actuellement, un demi-million d’Israéliens résident dans des colonies réservées aux Juifs, colonies qui sont illégales aux termes du droit international.

Malgré cela, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré lors du préambule aux élections israéliennes que la direction palestinienne se lancerait dans une reprise des négociations avec n’importe quel gouvernement israélien qui soutiendrait la « solution à deux États« .

Pendant sa campagne électorale, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a sans équivoque rejeté la possibilité d’un État palestinien indépendant dans une déclaration à laquelle il a toutefois mis un bémol suite aux critiques internationales.

La majorité du gouvernement qu’il a formé par après s’oppose publiquement à l’instauration d’un État palestinien définitif et indépendant.

Les dirigeants palestiniens ont déclaré à maintes reprises que la poursuite de l’expansion des colonies dans les territoires palestiniens occupés rendait pratiquement impossible l’option d’une « solution à deux États » telle qu’elle était poursuivie dans les négociation antérieures.

En juillet, le Conseil de l’Union européenne a fait remarquer que la « réalité sur le terrain » allait éroder rapidement la viabilité d’une « solution à deux États ». IMG_20150324_034440

Print Friendly, PDF & Email