Dans l'actu

« La Libre » offre un produit de la colonisation à ses nouveaux abonnés

Le journal « La Libre Belgique » fait la promotion pour ses abonnements en offrant une machine Sodastream à toute personne qui souscrit à un an d’abonnement.

LLB_sodastream

Sodastream est une entreprise israélienne dont les unités de production se situent dans la colonie israélienne de Mishor Adumim dans les territoires palestiniens occupés. L’organisation israélienne Who Profits a réalisé une étude entière sur les implications de l’entreprise dans la colonisation et l’occupation de la Palestine. La société civile palestinienne appelle au boycott de cette entreprise. Le plus grand fonds de pension américain TIAA-CREF vient d’annoncer qu’il retirait ses investissements dans Sodastream.

En réponse aux mails de protestation, le quotidien fait savoir :

Nous connaissons l’origine du produit que nous nous proposons à nos abonnés.

Lorsque nous proposons un produit à nos abonnés nous vérifions plusieurs choses. Celles-ci sont : la qualité du produit, l’utilité de ce produit et ses conditions de fabrication.

La qualité et l’utilité de ce produit ne sont plus à démontrer. Ce produit est fabriqué suivant des normes de qualité du plus haut standard et offre toutes les garanties possibles. Il est pratique à utiliser et permet des économies importantes par rapport à des achats de bouteilles d’eau minérale pétillante. Le personnel de cette société travaille dans des conditions tout à fait normales, est bien traité et correctement rémunéré. Cette offre d’abonnement rencontre un beau succès.

La question du conflit israélo-arabe est une des questions les plus complexes de notre siècle et où beaucoup d’interprétations et de prises de position sont possibles. Boycotter un produit dans un tel contexte serait poser un acte politique et est donc étranger à une décision marketing saine.

« La Libre » affirme donc bien connaître l’origine du produit. N’est-elle pas au courant que la colonisation a été reconnue comme crime de guerre ? L’article 49 de la 4e Convention de Genève stipule : « La Puissance occupante ne pourra procéder à la déportation ou au transfert d’une partie de sa propre population civile dans le territoire occupé par elle ».

Commercialiser les produits en provenance de territoires occupés constitue donc une complicité avec un crime de guerre. Faire la promotion de ces produits consiste donc effectivement à poser un acte politique et ceci en faveur de la colonisation.

En ce qui concerne les conditions de travail des employés dans ces entreprises installées dans les colonies, le journal pourrait lire CECI.

Les journeaux De Standaard et Het Nieuwsblad semblent également faire la pub pour Sodastream. Ecrivez-leur !

La Libre : abonnements@saipm.com

De Standaard : gert.ysebaert@standaard.be

Het Nieuwsblad : guy.fransen@nieuwsblad.be



Print Friendly, PDF & Email