L'actu

La KU Leuven ne poursuivra pas sa participation au projet LAW-TRAIN

Belle victoire pour toutes les organisations et personnes qui se sont mobilisées contre ce projet de collaboration avec la police israélienne, parmi lesquelles, en particulier, les « Leuvense academici tegen Law Train », une quarantaine de professeurs de la KUL.

Action le 13/3/2017 à Charleroi contre le projet Law-Train (Photos : Pour la Palestine)

Ci-dessous le communiqué du CNCD :

Suite à une campagne menée depuis un an par une quinzaine d’organisations dont le CNCD-11.11.11, la KU Leuven annonce qu’elle ne poursuivra pas sa participation au projet LAW-TRAIN, financé par le programme européen Horizon 2020. Le recteur Luc Sels juge la participation du ministère israélien de la Sécurité publique au projet problématique pour des raisons éthiques.

Dans un communiqué publié ce mercredi 6 décembre, le recteur de la KU Leuven, Luc Sels, reconnait que la participation de l’institution « pose en effet un problème éthique compte tenu du rôle joué par ce bras fort du gouvernement israélien dans l’imposition d’une occupation illégale aux territoires palestiniens et de l’oppression qu’elle entraine pour la population palestinienne ». Il annonce pour cette raison que l’université ne renouvellera pas sa participation au projet au-delà de ses engagements actuels. La KU Leuven entreprendra par ailleurs de mettre en place une charte des droits humains pour éviter que l’université ne s’engage dans de tels projets à l’avenir.

Depuis plus d’un an, la campagne STOPLAW-TRAIN à laquelle le CNCD-11.11.11 participe, demande à la KU Leuven ainsi qu’au parquet fédéral de se retirer du projet. La collaboration d’institutions belges avec le ministère israélien de sécurité publique, de surcroît sur les méthodes d’interrogatoire, revient à implicitement légitimer les pratiques de torture utilisées par les services de sécurité israéliens à l’encontre des prisonniers palestiniens.

Par ailleurs, le ministère israélien de la sécurité publique se situe à Jérusalem-Est et participe donc à la colonisation et à l’annexion israélienne du territoire palestinien occupé. « A l’heure où les Etats-Unis de Trump décident de s’asseoir sur le droit international en déplaçant leur ambassade à Jérusalem, il est plus important que jamais pour la Belgique et l’Union européenne de dénoncer l’annexion israélienne de Jérusalem-Est afin de préserver la solution à deux États », souligne Nathalie Janne d’Othée, chargée de plaidoyer sur le Moyen-Orient au CNCD-11.11.11. « Nous espérons que le SPF Justice dont dépend le parquet fédéral suivra la décision de la KU Leuven en se retirant également du projet LAW-TRAIN. Alors que la colonisation israélienne connait une intensification inédite, le respect du droit international est en effet primordial pour espérer parvenir à une solution pacifique ».

Pour la même raison, le CNCD-11.11.11 rappelle la nécessité pour la Belgique et l’Union européenne de cesser toutes leurs relations économiques avec les colonies israéliennes, un message au centre de la campagne Made in Illegality.

Ci-contre : Action le 25/9/2017 à Leuven. 

Une soixantaine d’activistes (parmi lesquels une dizaine de professeurs) ont formé une haie d’honneur aux togati  dans leur cortège traditionnel. Ils ont demandé que l’université prenne une décision courageuse et ne collabore pas au projet de recherche Law Train, en collaboration avec la police israélienne. Une tarte « 3000 fois merci » (d’abandonner le projet) et les pétitions (3000 signatures) ont été remises au nouveau recteur Sels. (Photo : Pour la Palestine, MDL).

Trouvez ici les nombreuses articles et le dossier BACBI publiés sur ce site concernant Law-Train

Print Friendly, PDF & Email

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. KU Leuven announces it will not continue participation in LAW-TRAIN | Samidoun: Palestinian Prisoner Solidarity Network

Les commentaires sont fermés.