Dans l'actu

La “forêt noire” sur les toits palestiniens, une question de survie pour une population au régime sec

Une vidéo de “National Geographic” donne une idée fidèle du casse-tête permanent que représente pour la population palestinienne la pénurie chronique d’eau. Une pénurie qui n’a rien de naturel, rien d’une fatalité, mais qui est sciemment et méthodiquement organisée par Israël, dont la société nationale Mekorot capte les énormes ressources en eau des territoires occupés et ensuite en réserve la majeure partie à la population juive.

Pas mal d’articles ont déjà été consacré à la problématique de l’eau sur ce site, car il s’agit d’une des armes utilisées par l’occupant israélien, dans le cadre de sa politique dont l’objectif global est toujours le même : le nettoyage ethnique, visant à s’emparer du territoire en le vidant autant que possible de sa population autochtone.

La vidéo est en anglais et en arabe, nous en traduisons l’essentiel ci-dessous.

Dans la plupart des villes de Palestine, on stocke de l’eau sur les toits, parce que la distribution d’eau ne fonctionne pas. C’est ce que nous appelons “notre forêt noire”, parce que si vous regardez les toits des maisons palestiniennes ils sont pleins de réservoirs d’eau noirs.

[2 Palestiniens montent sur un toit et examinent un réservoir]
Hanna vérifie le niveau d’eau dans les réservoirs.
– Il y a de l’eau ?
– C’est presque vide. Il n’y en aura sans doute pas assez pour tenir jusqu’à demain.
– OK, on va mettre la pompe en marche quelques instants

Bethlehem souffre d’une pénurie d’eau, particulièrement l’été. Certaines maisons reçoivent de l’eau une fois par semaine, d’autres une fois toutes les deux semaines, et certaines doivent attendre un mois entier avant d’en recevoir.

C’est devenu une obsession, on pense sans cesse au niveau de l’eau dans nos réservoirs.

[Ils examinent un puits, dont ils soulèvent le couvercle]
– Il y a un peu d’eau. Démarre la pompe.

Pendant l’hiver, nous collections l’eau de pluie. La pompe amène l’eau du puits vers les réservoirs pour la distribuer dans la maison. Nous devons le faire car la distribution d’eau est coupée. C’est un désastre, mais c’est tout ce que nous avons.

En été, les gens souffrent d’un extrême manque d’eau, puisque certains ne reçoivent pas une goutte pendant un mois entier, alors que l’eau des disponible à volonté du côté israélien. C’est tellement injuste.

Les Israélien restreignent la fourniture d’eau à Bethléhem, et cette eau va chez les colons.

Contrairement à la perception qu’on peut en avoir depuis nos régions, la Palestine n’est pas une région aride : les précipitations enregistrées à Ramallah sont supérieures à celles de Londres. Ce qui est en cause, c’est la répartition de la ressource : 450.000 colons juifs consomment plus d’eau que 2,3 millions de Palestiniens, à qui Mekorot non seulement impose d’importantes restrictions en quantités, mais en outre des prix plus élevés, tandis que le réseau de distribution n’est pas correctement entretenu, ce qui occasionne d’importantes déperditions.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’original


A voir également, sur la même problématique : «Des milliards dans le désert» : comment l’U.E. gaspille des milliards d’Euros et consolide l’occupation de la Palestine»

Print Friendly, PDF & Email