L'actu

C’est la démence, et non la logique, qui guide les dirigeants d’Israël (Gideon Levy)

Gideon Levy

Si l’Iran ose préparer une attaque nucléaire contre Israël, il commettra un suicide public, douloureux et de masse. Israël ripostera et le monde ne restera pas silencieux. Jérusalem le sait et, fait plus important, Téhéran le sait aussi. Mais, à Téhéran, nous bassine-t-on du matin au soir, les dirigeants « fous » pourraient fausser la donne.

Et c’est ainsi qu’Israël menace de bombarder l’Iran avant qu’il ne soit trop tard et bien des Israéliens sont favorables à cette option. Mais le débat en cours aujourd’hui – d’une gravité terrifiante – à propos de la possibilité de bombarder l’Iran nous permet de soupçonner que c’est en fait ici, en Israël, que la démence règne en maîtresse. En effet, il convient encore de prouver cette folie iranienne ; en Israël, elle est aussi claire que de l’eau de roche.

L'Iran est signataire du traité de non-prolifération des armes nucléaires, qu'il ne possède pas, et nie chercher à posséder. Israël possède l'arme nucléaire mais ne le reconnaît pas (ne le dément pas davantage), et n'a pas signé le traité de non-prolifération…

L’Iran est signataire du traité de non-prolifération des armes nucléaires, qu’il ne possède pas, et nie chercher à posséder. Israël possède l’arme nucléaire mais ne le reconnaît pas (ne le dément pas davantage), et n’a pas signé le traité de non-prolifération…

Israël n’a pas de dirigeants rationnels. La plupart de ses choix ne peuvent s’expliquer par la logique. Ce n’est pas la logique qui dicte la construction incessante dans les territoires ; ce n’est pas la logique qui explique la guerre que le gouvernement d’Israël a déclarée à l’Autorité palestinienne, sans envisager ce qui pourrait survenir en lieu et place.

Pas plus qu’il n’y a de logique dans les mesures israéliennes qui renforcent le Hamas, depuis le siège permanent de Gaza jusqu’à la seule libération de prisonniers appartenant au Hamas. Il n’y a pas de logique à maintenir Marwan Barghouti en détention : il n’y a pas de logique à provoquer la détérioration des relations avec la Turquie et il n’y avait pas de logique non plus dans l’opération Plomb durci, qui fit à Israël bien plus de dégâts qu’elle ne lui rapporta d’avantages.

Il n’y a pas de logique non plus à propager la crainte à propos du Printemps arabe qui, en fait, pourrait assurer à Israël quelques années tranquilles du côté de pays dont les armées se sont écroulées, dont les sociétés sont préoccupées par leurs problèmes intérieurs et dont les régimes sont occupés à faire naufrage. Et, naturellement, il n’y a pas de logique dans l’occupation continue, laquelle expose Israël au danger plus que tout le reste.

C’est quelque chose d’autre, qui guide les dirigeants d’Israël et cela ne s’appelle pas la logique. L’opinion publique israélienne ne peut pas non plus être soupçonnée un seul instant de se conduire de façon rationnelle. La plupart des Israéliens croient que bombarder l’Iran va déclencher une conflagration régionale et, pourtant, il y a plus d’Israéliens en faveur de cette attaque qu’il n’y en a contre. Si cela est un signe de santé mentale, qu’est-ce donc que la démence ?

Il n’y a pas moyen d’expliquer rationnellement le son des tambours de guerre contre l’Iran. Les risques d’une attaque israélienne sont clairs et ils sont horrifiants. Le danger de voir l’Iran se servir d’une arme nucléaire est nul et, pourtant, Israël joue avec le feu de l’enfer. En fait, les Israéliens disent qu’ils préfèrent un tir de barrage d’un millier de missiles – qui amèneront sang et destruction dès maintenant – au risque imaginaire d’une arme suicidaire lancée par ces « fous » d’Iraniens; qu’ils préfèrent la démence érigée en système, avec des menaces claires et des préparatifs ouverts à ce qui pourrait devenir une mission suicide israélienne.

Même si toutes les déclarations bien orchestrées, les manœuvres et autres nuages de fumée ne sont conçus que comme menaces, ils manquent tous de sagesse. Un Iran menacé est également dangereux. Il pourrait lancer une frappe préemptive désespérée sur Israël.

L’Iran veut des armes nucléaires pour protéger son régime. Il a vu l’ancien dirigeant irakien Saddam Hussein et le Libyen Muammar Kadhafi se faire bombarder et il comprend – en toute logique, devrait-on ajouter – que s’il possédait une option nucléaire, le monde ne toucherait pas à lui, tout comme il ne touche pas à la Corée du Nord ou au Pakistan.

L’Iran veut aussi se profiler en tant que puissance régionale dans le nouveau Moyen-Orient et il sait qu’une des façons d’y arriver passe par des centrifugeuses nucléaires. Il serait préférable, bien sûr, que ses souhaits ne fussent pas exaucés, préférable que le monde exerçât des pressions de sorte que l’Iran n’arrive pas à se procurer des armes nucléaires, mais il est clair pour tout le monde que, sans bombe, ils ne se tiendront pas à l’écart de l’Iran pour toujours.

La seule conclusion de tout ce qui précède, c’est qu’il y a une équipe de dirigeants dénués de logique, au Moyen-Orient, mais qu’il ne s’agit pas nécessairement de celle de Téhéran. La crainte, et partiellement une fausse crainte, réside à Jérusalem, elle résulte de la propagation de la peur et de la diabolisation qui sont toujours présentes ici à propos de tout, depuis la grippe porcine jusqu’au programme nucléaire iranien.

En même temps, c’est de la mégalomanie que de dire qu’Israël peut déclencher ses tirs dans la région dès qu’il en voit l’opportunité. Les hommes à hommes qui menacent l’Iran aujourd’hui sont vraiment des lâches parmi les lâches. Les braves, ce sont en fait ceux qui tentent de contrer cette démence, depuis l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, au ministre de l’Intérieur, Eli Yishai.


Article publié dans le journal Haaretz le 6 novembre 2011, sous le titre «Insanity, not logic, guides Israel’s leadership».
Traduction : JM Flémal

Gideon LevyGideon Levy est journaliste au quoitidien israélien Haaretz.
Il a publié : Gaza, articles pour Haaretz, 2006-2009, La Fabrique, 2009

D’autres articles de Gideon Levy (ou parlant de lui) traduits en français sur ce site.

Print Friendly