Dans l'actu

La Chine boycotte les colonies juives… sans le dire explicitement

Le gouvernement israélien a avalisé dimanche, lors de sa réunion hebdomadaire, un accord avec le gouvernement de la Chine concernant l’emploi de travailleurs chinois qui seront employés principalement dans le secteur de la construction en Israël. Le gouvernement Netanyahou a accepté, après deux ans de négociations, d’inclure dans l’accord des dispositions qui permettront à la Chine de s’assurer que ses ressortissants ne seront pas employés dans les colonies juives de Cisjordanie ou à Jérusalem-Est, mais sans qu’il soit expressément mentionné qu’il y a là une forme de boycott.

Il y a plusieurs années qu’Israël et la Chine étaient en négociation à propos d’un apport de main d’œuvre chinoise au secteur de la construction israélien. En 2015, les pourparlers avaient achoppé sur une demande de Pékin qui voulait s’assurer que ses ressortissants ne travailleraient pas dans les colonies israéliennes.

A Jérusalem, les Palestiniens représentent 40% de la population mais n’obtiennent que 7% des permis de bâtir qui sont délivrés par l’occupant israélien.

La Chine mettait officiellement en avant pour expliquer cette exigence ses inquiétudes à propos de la sécurité de ses nationaux, mais du côté israélien on avait bien conscience du fait que les Chinois ne voulaient poser aucun geste qui serait, même implicitement, une reconnaissance de la légalité des colonies. De son côté le gouvernement israélien ne voulait évidemment pas signer un accord qui aurait explicitement contenu une clause de boycott de ces colonies.

Une formule alambiquée a donc été mise au point par les diplomates des deux pays : l’accord ne fait pas mention des colonies, mais stipule que les travailleurs chinois seront employés dans des zones désignées dans une annexe, susceptible d’être adaptée au fil du temps, qui devront être agréées par les deux parties. La raison invoquée est bien la sécurité des travailleurs chinois.

L’annexe en question, au lieu de mentionner le fait que les travailleurs chinois ne seront pas occupés dans les colonies, contient une liste des lieux où ils pourront être embauchés, … et il se fait par le plus grand des hasards diplomatiques qu’aucun de ces lieux ne se trouve en Cisjordanie ou à Jérusalem-Est. Or, il s’agit clairement de deux zones où le gouvernement israélien fait porter prioritairement ses efforts dans le domaine du logement, afin de poursuivre la colonisation, et où donc le besoin de main d’œuvre dans le secteur de la construction est important.

Print Friendly, PDF & Email